Little Richard, Nina Simone… Les monstres sacrés de la soul

De Nina Simone à Otis Redding, de James Brown à Dionne Warwick, de Little Richard à Sade, retour sur les grands noms de l’histoire de la musique soul.

Dionne Warwick © abaca
Nina Simone, Otis Redding, Sade, Dionne Warwick, James Brown, Little Richard, tous ces noms évoquent les heures de gloire de la musique soul. Retour sur les monstres sacrés de la soul.

Nina Simone

De son vrai nom Eunice Kathleen Waymon, Nina Simone est considérée comme l’une des divas de la soul grâce à sa voix chaude et puissante. Elle débute sa carrière comme pianiste et chanteuse de jazz et de blues avant d’être repérée. S’en suivra une longue carrière avec près d’un album par an, et des tubes comme « Sinner man», « Don’t let me be misunderstood », « My baby just cares for me » ou « Feeling good».

Otis Redding

Otis Redding est un mythe de la soul. Il doit son succès à des albums comme « Otis blue », « The Soul Album » ou « Complete & Unbelievable : The Otis Redding Dictionary of Soul ». Il débute sa carrière dans un groupe de gospel avant de sortir la ballade « These Arms of Mine ». Sa carrière est lancée. S’en suivront ensuite, les tubes « Try a little tenderness», « Pain in my heart » ou le magnifique « Sittin’ on the dock of the bay ».

James Brown

Surnommé le « Godfather of Soul », James Brown démarre sa carrière en 1956 avec « Please, Please, Please ». Très vite il devient une bête de scène grâce à son jeu de jambes agile, il semble alors comme possédé dès qu’il danse. Les tubes « I feel good » et « Sex machine » feront de lui une star. L’artiste aura même droit à son biopic, « Get On Up » en 2014.

Dionne Warwick

A l’image des autres monstres sacrés de la soul, Dionne Warwick a fait ses débuts dans la musique gospel, au sein du groupe Gospelaires, aux côtés de sa sœur, de sa cousine et d’un ami. Elle est repérée par le compositeur Burt Bacharach qui lance sa carrière solo en 1962 avec « Don’t make me over ». La chanteuse connaît de nombreux succès qui deviendront des classiques, de « Walk on by », certifié disque d’or, à « I say a little prayer ». Elle partagera même l’un des plus beaux duos des Bee Gees: « Heartbreaker ».

Little Richard

Dès son enfance, Little Richard est bercé par la musique gospel grâce à son père. Sa carrière débute avec la chanson « Tutti frutti » en 1956. L’artiste rencontre le succès grâce aux tubes « Jenny, Jenny », « Long Tall Sally » ou « Good Golly, Miss Moly », mais aussi grâce à son personnage excentrique. En effet, il ose souligner son regard d’un trait de crayon et adopte une coupe de cheveux hérissée, à ses débuts !

Sade

Sade Adu rêve de devenir styliste mais c’est la musique qui la rattrape. Alors qu’elle est choriste pour le groupe Funk Pride, elle décide de former son propre ensemble, Sade, avec trois autres musiciens. Leur premier album, « Diamond Life », sorti en 1984, est un succès grâce notamment à « Smooth Operator ». Leur second opus, « Promise » est certifié quatre fois disque de platine grâce au tube « The Sweetest Taboo ». Dès lors, Sade enchaîne les succès, grâce à son style sensuel et élégant, entre jazz et soul.

James Brown abaca
1/6

Nostalgie - Les dernières actus musique