France Gall : ses plus grands tubes

France Gall a, à son répertoire, des dizaines de morceaux que tout le monde connaît. De sa collaboration avec Gainsbourg à celle, immense, avec Michel Berger, l'amour de sa vie, voici quelques-uns de ses plus beaux airs.

© Getty images
« Poupée de cire, poupée de son » (1965)

France Gall rencontre le succès dès les années 1960, lorsqu'elle croise le chemin de Serge Gainsbourg grâce à Denis Bourgeois, son producteur. Si les premiers succès de ce duo sont « N'écoute pas les idoles » et « Laisse tomber les filles » en 1964, la consécration arrive l'année suivante, quand France Gall représente le Luxembourg au concours de l'Eurovision. La jeune artiste choisit une chanson de Serge Gainsbourg, « Poupée de cire, poupée de son » et remporte le Grand Prix devant l'Europe entière.

« La déclaration d'amour » (1974)

France Gall apprend l'existence de Michel Berger en 1973 en écoutant à la radio une chanson de l'auteur-compositeur-interprète, « Attends-moi ». Profondément touchée, elle veut travailler avec lui, coûte que coûte, et la rencontre a lieu l'année d'après, en 1974. C’est l’un des 5 moments-clés de la carrière de la chanteuse. Leur premier succès commun est alors « La déclaration d'amour », le premier pour l'interprète depuis 7 ans. Deux ans après, en 1976, France Gall dévoile enfin son premier album studio éponyme et se marie avec Michel Berger.

« Il jouait du piano debout » (1980)

France Gall revient en mai 1980 avec le disque « Paris, France », qui contient le tube « « Il jouait du piano debout », l'un des plus emblématiques de la chanteuse. Il est écrit et composé par Michel Berger. Ce morceau est un hommage du couple à Jerry Lee Lewis qui avait cette particularité au piano et qui devint alors un symbole du droit à la différence. La chanson est le premier single de l'opus et truste la première place des ventes durant tout l'été 1980.

« Résiste » (1981)

France Gall sort en 1981 un single qui réunit les morceaux « Résiste » et « Tout pour la musique », que l'on retrouvera ensuite sur l'album « Tout pour la musique » (1981). La chanson sera d'ailleurs réenregistrée en 1996 pour l’opus « France », avec une nouvelle orchestration. Ecrite par Michel Berger, elle se révèle comme un cri de libération, une prise de conscience du soi pour sortir des moules pré existants. Militante, elle a su toucher toutes les générations. On la retrouve parmi les morceaux repris dans le film d'Alain Resnais, « On connaît la chanson » (1997) et chantée par Sabine Azéma.

« Ella, elle l'a » (1987)

France Gall connaît avec l'album « Babacar », en 1987, son plus grand succès, certifié disque de diamant pour plus d'un million de ventes. L'opus contient les tubes absolus que sont « Babacar », « Evidemment » en hommage à Daniel Balavoine, disparu le 14 janvier 1986, ou encore « La chanson d'Azima ». Mais ce n’est pas tout, il y a aussi « Ella, elle l'a » de Michel Berger, écrit en hommage à l'artiste Ella Fitzgerald. C'est le plus grand succès de la carrière de la chanteuse, avec en tout, plus de 1,5 million de copies vendues.

France Gall - Les dernières actus