Joe Cocker : 5 choses que l’on ignore sur lui

De son premier nom de scène à son statut d’icône de Woodstock, retour sur 5 choses que l’on ignore sur le chanteur Joe Cocker.

Joe Cocker © getty images
Joe Cocker est originaire de Sheffield

Né le 20 mai 1944, à Sheffield, ville minière du nord de l’Angleterre, Joe Cocker n’aura de cesse de rendre hommage à sa terre natale dans sa carrière. Il ira même jusqu’à lui dédier un album complet, son 9e, nommé « Sheffield Steel ». Pour l’anecdote, Sheffield est le berceau de nombreux artistes, à l’image des groupes Arctic Monkeys, Pulp ou Cabaret Voltaire.

Vance Arnold : le premier nom de scène de Joe Cocker

En 1961, Joe Cocker débute sa carrière sous le nom de scène de Vance Arnold. Il se produit alors avec le groupe Vance Arnold and the Avengers. Ensemble, ils reprennent des classiques de Chuck Berry ou de Ray Charles. Cinq ans plus tard, il s’associe à Chris Stainton pour former le groupe Grease Band. Leurs morceaux se font plus blues. Joe Cocker commence véritablement sa carrière en solo en 1968.

Il est à l’origine d’une reprise culte des Beatles

C’est donc en 1968, grâce à une reprise, devenue culte depuis, des Beatles, que Joe Cocker lance sa carrière. Avec « With a Little Help From My Friends », il dévoile au monde entier sa voix rocailleuse, reconnaissable entre toutes. « With a Little Help From My Friends » est aussi le nom du 1er opus de Joe Cocker, qu’il défendra sur le plateau du Ed Sullivan Show le 27 avril 1969, en chantant « Feelin’ Alright ».

Il a révélé Jimmy Page, des Led Zeppelin

C’est grâce à Joe Cocker que le grand public a découvert les talents de Jimmy Page, futur guitariste de Led Zeppelin. À l’époque inconnu, il joue comme musicien de studio pour divers labels. Il participera aux premiers tubes de Joe Cocker, de « With a Little Help From My Friends » à « Sandpaper Cadillac », de « Bye Bye Blackbird » à « Marjorine ».

Joe Cocker : une icône de Woodstock

1969, Joe Cocker participe au festival Woodstock aux Etats-Unis. C’est une révélation : le grand public découvre sa voix puissante sur une interprétation de « Bird on a Wire » de Leonard Cohen. Sa prestation est tellement saluée qu’elle lui vaut le statut d’icône. Une légende est née.

Nostalgie - Les dernières actus des années 70