Un changement de génération

Les années 70 voient la disparition d'artistes aussi emblématiques que charismatiques.

Un changement de génération © Nostalgie
Le livre de la vie se referme d'abord sur Jimi Hendrix le 18 septembre 1970. Le guitariste et interprète de légende, figure de proue de la lutte contre la guerre du Vietnam, meurt étouffé suite à une intoxication par somnifères, selon la version officielle. Son interprétation de l'hymne américain lors du festival de Woodstock en août 1969 reste gravée dans les mémoires.

Le 4 octobre de la même année, c'est Janis Joplin qui disparaît à l'âge de 27 ans, victime d'une overdose. Symbole de la culture hippie, la chanteuse américaine laisse derrière elle, un album culte dans l'histoire du rock " Cheap trills ". Les portes se referment également sur le chanteur des Doors. Jim Morrison, qui n'a que 28 ans, meurt le 3 juillet 1971 à Paris. Avec son groupe, formé en 1965, ce Rimbaud des temps modernes aura connu de nombreux succès : " Light my fire " ou " Riders on the storm ".

Un style, un esprit 



Le 16 août 1977, Elvis Presley est victime d'un arrêt cardiaque à Memphis dans sa maison de Graceland, devenue depuis un lieu de pèlerinage pour les nostalgiques. Dévoilé au public avec " My hapiness " en 1953, sa disparition laisse les groupies inconsolables. Si le jeu de jambes du " King " du rock and roll déclenche encore l'hystérie, la censure n'est plus.

Le 9 octobre 1978, Jacques Brel , " L'homme de la Mancha ", achève " La quête " et s'éteint des suites d'un cancer. Inoubliable interprète de " Ne me quitte pas " ou encore de " Quand on a que l'amour ", le Belge repose sur l'une des îles les plus connues des îles Marquises, à Hiva-Oa près du peintre impressionniste, Paul Gauguin.

Nostalgie - Les dernières actus des années 70