France Gall, Abba… : Les 10 chansons cultes de l’Eurovision

Gagnants ou perdants, certains morceaux de l'Eurovision sont devenus des tubes inoubliables. Retour sur les 10 chansons les plus marquantes du célèbre concours de chant international.


« Volare », Domenico Modugno – Eurovision 1958

Domenico Modugno et Franco Migliacci ont co-écrit cette chanson culte de 1958, dont le véritable titre est « Nel blu dipinto di blu » (« Dans le bleu peint en bleu »). Le « Volare » (1958) originel terminera 3e du concours de l’Eurovision. L'année suivante, le morceau remporte le premier Grammy Award de la « chanson de l'année », la seule non-anglophone à l’avoir remporté à ce jour.


« Tom Pilibi », Jacqueline Boyer – Eurovision 1960

Jacqueline Boyer remporte le Concours de l'Eurovision 1960 avec « Tom Pilibi » (1960), une chanson écrite par Pierre Cour et André Popp. Le morceau raconte l'amour de son interprète pour ce Tom Pilibi qui possède tant de richesses, jusqu'à la chute où l'on apprend que ce Tom est surtout un menteur... qu'on ne peut cesser d'aimer pour autant.

« Un premier amour », Isabelle Aubret – Eurovision 1962

Isabelle Aubret offre la troisième victoire à la France dans le concours en 1962 avec « Un premier amour » (1962), écrite par Rolland Valade et Claude-Henri Vic. La ballade évoque les effets du premier coup de cœur. La chanteuse reviendra au concours en 1968 pour la France, se classant 3e avec « La Source » (1968).

« Elle était si jolie », Alain Barrière – Eurovision 1963

Alain Barrière représente la France tenante du titre en 1963 avec le tube « Elle était si jolie » (1963), qu'il a écrit. Si la chanson est mélancolique, sa puissance lui permet d'atteindre la 3e place du concours et de devenir un énorme succès dans les Charts la même année, se classant 4e en France. Il s'agit de l'un des succès iconiques de la carrière d'Alain Barrière.


« Poupée de cire, poupée de son », France Gall – Eurovision 1965

France Gall remporte le concours, en 1965, avec « Poupée de cire, poupée de son » (1965), écrite par Serge Gainsbourg et inspirée d'une sonate de Beethoven. Si l'auteur et l'interprète sont Français, la victoire est pour le Luxembourg, que représente France Gall. La chanson a beaucoup fait parler d'elle avec différentes lectures possibles. Ce fut surtout un carton dans toute l'Europe, en 1965.

« N’avoue jamais », Guy Mardel – Eurovision 1965

Guy Mardel se classe 3e en 1965, l'année de la victoire de France Gall pour le Luxembourg, avec le succès « N'avoue jamais » (1965), écrit par Françoise Dorin. « Il faut semer le doute pour récolter l'amour » chante Mardel, qui conseille de ne jamais avouer ses sentiments à l'être aimé. Le morceau fut une immense réussite et se classa 1er dans les Charts français, soit mieux que « Poupée de cire, poupée de son » (1965).

« Waterloo », Abba – Eurovision 1974

Abba remporte l'Eurovision, en 1974, avec le tube « Waterloo » (1974), sorti en single environ un mois avant le concours. C'est la toute première victoire pour la Suède dans l'Eurovision, mais également le premier succès international du groupe mythique. La chanson fut élue en 2005, lors des 50 ans du concours, « meilleure chanson présentée depuis son tout début ».


« L’oiseau et l’enfant », Marie Myriam – Eurovision 1977

Marie Myriam est la dernière gagnante pour la France de l'Eurovision, en 1977, donnant à ce 5e sacre pour l'Hexagone une saveur particulière. Le tube « L'oiseau et l'enfant » (1977), écrit par Joe Gracy et Jean-Paul Cara, est un hymne à la paix que la chanteuse entonne a cappella. Tube absolu, le single a été certifié disque d'or avec plus de 500 000 ventes en France.

« Papa Pingouin », Sophie et Magaly – Eurovision 1980

Sophie et Magaly, des jumelles, représentent le Luxembourg, en 1980, avec la chanson familiale « Papa Pingouin » (1980), un morceau écrit par Pierre Delanoë et Jean-Paul Cara. Festif et enfantin, « Papa Pingouin » (1980) est lancé telle une météorite dans le concours mais ne termine que 9e. Plus d'un million de 45 tours seront néanmoins écoulés en France.

« Ne partez pas sans moi », Céline Dion – Eurovision 1988

Céline Dion se présente en 1988 au Concours de l'Eurovision, sous bannière suisse, avec la chanson « Ne partez pas sans moi » (1988), écrite par Nella Martinetti et composée par Atilla Şereftuğ. La jeune Canadienne remporte le titre convoité avec un morceau en français, à ce jour le dernier à avoir gagné l'Eurovision dans la langue de Molière.

Abba - Les dernières actus