Al Stewart

Alastair Ian Stewart Né(e) le 5 septembre 1945 (71 ans)

Sa biographie

Les débuts de l'artiste

Al Stewart grandit à Wimborne Minster, Angleterre, avec sa mère. À 19 ans, il part s'installer à Londres et rêve d'une carrière musicale professionnelle.

Passionné de musique et de guitare dès son plus jeune âge, il achète sa première guitare à Andy Summers, futur guitariste des The Police .

En 1965, il effectuera ses premières prestations en public au Bunjies Coffee House ainsi qu'au célèbre club de folk Les Cousins, où il jouera aux côtés des non moindres Van Morrison, de Cat Stevens ou encore de Ralph McTell.

En 1966, Al Stewart décroche un contrat avec le label Decca Records et enregistre sa première Chanson officielle, intitulée « The elf » et sur laquelle on retrouve un certain Jimmy Page à la gratte. Peu de temps après, Al Stewart signe chez Columbia Records, où il sortira six albums dont le premier s'intitule « Bed-sitter Images », publié en 1967.

Les quatre premiers opus d'Al Stewart ne connaîtront que des succès mineurs. Le succès n'arrivera que plus tard, grâce à ses albums aux paroles intimistes, introspectives et contenant des références historiques.

Il fera néanmoins parler de lui en 1969, avec son second album « Love chronicles » et le single du même nom. La Chanson dure 18 minutes, parle de sexe et inclut pour la première fois dans l'histoire de la musique le mot « fucking ».

L'album est élu Meilleur album folk de l'année par le magazine Melody Maker.


L'envol

En 1970, Al Stewart joue à la première édition du Glastonbury Festival à Pilton, Somerset. Désormais, il est considéré comme une figure importante de la scène musicale britannique.

Il enchaîne ensuite les albums et rencontre finalement le succès qui lui est dû en 1973, avec l'album « Past, present and future ». L'album paraît également aux États-Unis où il est très bien accueilli, surtout sur les ondes FM des collèges et universités, au point de finir en bonne position dans le Billboard.

Après le très respecté « Modern times », produit par Alan Parsons, Al Stewart quitte Columbia pour RCA Records, où il sort les albums « Year of the cat » en 1976 et « Time passages » deux ans plus tard. Ces deux albums seront certifiés disques de platine par le RIAA et seront bien placés dans les charts.

De 1980 à 1990, Al Stewart sortira quatre albums dont un CD live. Il classera également un grand nombre de singles dans les charts majeurs d'Europe et des États-Unis.


De 1990 à aujourd'hui

Depuis la fin des années 80 et depuis son déménagement chez Arista Records, la popularité d'Al Stewart commence à dégringoler. Néanmoins, il continue d'enregistrer et de se produire sur scène.

Il sort entre autres un album live acoustique intitulé « Rhymes in rooms » en 1992, suivi de l'album studio « Famous last words » l'année suivante.

De 1993 à aujourd'hui, on compte six nouveaux albums à sa discographie, dont deux seront publiés en éditions limitées. À l'heure actuelle, Al Stewart est toujours en activité et continue de donner des concerts.

Tout au long de sa carrière, il sera célèbre pour ses albums conceptuels, ses Chanson s plus que longues ainsi que pour ses paroles souvent auto-biographiques et parfois teintées de récits historiques et de féeries.

En près de 45 ans de carrière, Al Stewart aura collaboré avec un grand nombre de grosses pointures, à l'instar de Dave Nachmanoff, Alan Parsons, Tori Amos, Tim Renwick ou encore Laurence Juber.