Alain Souchon : les dates-clefs de sa carrière

De succès en succès, l'univers atypique d'Alain Souchon et sa fragilité assumée n'ont cessé de plaire au public. Retour sur les dates incontournables de sa vie d'artiste.

Alain Souchon © abaca

1974 : la rencontre avec Laurent Voulzy

Alain Souchon s'apprête en 1973 à enregistrer un premier album et cherche un arrangeur capable de se fondre dans son style musical. Il rencontre, grâce à Bob Socquet, le directeur de son Label RCA, Laurent Voulzy, en 1974, lui aussi artiste de la maison. Les deux jeunes musiciens vont devenir amis et âmes sœurs artistiques (http://www.nostalgie.fr/artistes/alain-souchon/actualites/alain-souchon-et-laurent-voulzy-deux-artistes-en-osmose-349514). Le premier opus de Souchon, « Petite Annonce » (1974) (plus tard renommé « J'ai dix ans ») et le second, « Bidon » (1976), seront de véritables succès et Laurent Voulzy y est pour beaucoup. Cette amitié artistique perdure, plus de 40 ans après.

1980 : des débuts remarqués au cinéma

Alain Souchon est une personne atypique, à la fragilité touchante et le 7e art lui fait les yeux doux. Le premier film de Souchon acteur est « Je vous aime » (1980) de Claude Berri, avec pour partenaires à l'écran Catherine Deneuve et Serge Gainsbourg. Très apprécié par le public et les critiques, Alain Souchon enchaîne alors les tournages de « Tout feu, tout flamme » (1982) de Jean-Paul Rappeneau, ou encore « L'été meurtrier » (1983) de Jean Becker, dans lesquels il donne deux fois la réplique à Isabelle Adjani. Il délaisse pourtant rapidement sa carrière de comédien et revient à la musique.

1988 : l'« Ultra moderne solitude »

Alain Souchon se concentre sur ses talents d’auteur, compositeur et interprète. Il dévoile, en 1988, son huitième CD studio, « Ultra moderne solitude », porteur de plusieurs tubes. C’est le cas de la chanson-titre, mais aussi de « La beauté d'Ava Gardner » et surtout de « Quand j'serai K.O », qu'il a lui-même composée et écrite, et qui devient le succès de cette année-là, en France. Moins sombre, Souchon n'en reste pas moins un artiste attentif à la société dans laquelle il vit. Le disque se vend à plus de 350 000 exemplaires et devient, alors, le plus grand succès du chanteur.

1993 et le tube absolu « Foule sentimentale »

Alain Souchon enchaîne alors les réussites artistiques et va connaître la gloire d'une vie avec « Foule Sentimentale », l’une de ses plus grandes chansons, en 1993, issue de l'album « C'est déjà ça ». Le tube, véritable pamphlet contre la société de consommation, rencontre un succès incontestable auprès du public. Il s'écoule à plus de 220 000 copies, tout en se positionnant numéro un des classements de nombreuses semaines en France.

1999 : Alain Souchon et le retour gagnant

Alain Souchon revient en 1999, après 6 ans d'absence, avec l'album « Au ras des pâquerettes » unanimement attendu par son public. Son dixième disque studio devient la plus belle réussite de l'artiste, avec une certification de diamant et plus de 500 000 exemplaires vendus. Le morceau « Le Baiser » est le plus emblématique du CD. Depuis cette date, chaque opus du chanteur est un succès : « La vie Théodore » en 2005, en 2008 avec « Écoutez d'où ma peine vient », ou encore, en 2014, en présentant « Alain Souchon & Laurent Voulzy ».

Alain Souchon - Les dernières actus