Art Blakey

Arthur Blakey Né(e) le 11 octobre 1919 (96 ans)

Sa biographie

Des débuts au piano à la collaboration avec les grandes griffes du jazz

L'enfance d'Art Blakey se déroule dans sa ville nata le de Pittsburgh, en Pennsylvanie. Passionné de musique, ce virtuose du jazz s'initie au piano dans son adolescence en commençant par diriger un groupe.

Après la période piano, il apprend à jouer de la batterie en autodidacte se laissant influencer par le style agressi f de Ray Bauduc, Sid Catlett et Chick Webb. Devenu un grand batteur, il s'embarque pour New York et se joint aux musiciens de Mary Lou Williams en automne 1942.

L'année d'après, il effectue une tournée avec l'orchestre de Fletcher Henderson avant d'intégrer le groupe de Billy Eckstine qui l'amène au mouvement de modern-jazz. Plus tard, il collaborera énormément avec des musiciens comme Bud Powell, Miles Davis et Thelonious Monk.

Il dirigera ainsi les sessions d'enregistrement de ces artistes et participera à la réalisation de leurs albums tout en se concentrant sur son propre orchestre. D'ailleurs, c'est à travers les séances d'enregistrement avec Thelonious Monk que l'on commence à remarquer la puissance et l'originalité de sa musique et ses rythmes croisés.

Le jazzman travaillera également avec d'autres artistes comme Herbie Nichols, Grant Green, Jimmy Smith et certains de ses élèves tels que Hank Mobley, Lee Morgan et bien d'autres.


De la période Horace Silver à la formation de l'orchestre Art Blakey and the Jazz Messengers

Tout au long des années 1950, Art Blakey assure la co-direction d'une série de groupes de jazz avec le pianiste Horace Silver.

En 1954, les deux amis, accompagnés du saxophoniste alto Lou Donaldson, du trompettiste Clifford Brown et du bassiste Curly Russell enregistrent le disque live « A night at Birdland ». A cette occasion, pour désigner le collectif, ils adoptent le nom de Art Blakey Quintet.

La même année, Art Blakey et Horace Silver jouent avec trois autres musiciens répondant aux noms de Doug Watkins, Kenny Dorham et Hank Mobley. Avec ce nouveau line-up, ils adoptent pour la première fois le nom de The Jazz Messengers pour l'enregistrement d'un disque en 1955.

Seulement, Kenny Dorham quitte le collectif pour laisser la place à Donald Byrd qui figurera alors sur l'opus épony me de la formation signé sur le label Columbia en 1956. Plus tard, après le départ de Horace Silver, le collectif réunissant Art Blakey , Hank Mobley, Doug Watkins et Donald Byrd devient Art Blakey and the Jazz Messengers.

D'autres changements de line-up se feront au fil des années incluant l'intégration de certains musiciens comme Lee Morgan, le saxophoniste tenor Way ne S horter et le tromboniste Curtis Fuller au sein de l'orchestre.


Grand jazzman couronné de plusieurs awards

Devenu très populaire dans de nombreux pays, entre autres dans l'Hexagone, Art Blakey apparaît avec son fameux groupe dans la réalisation cinématographique « Les liaisons dangereuses » de Roger Vadim en 1959.

Au fil du temps, il enregistre toute une série d'albums à succès avec son collectif au line-up changeant, mais toujours ouvert aux jeunes talents.

Ainsi après la période « New thing » des années 1960 et les difficultés des années 1970 sous le signe du « Jazz fusion », son groupe émerge une nouvelle fois dans un style plutôt « néotraditionnaliste » dans les années 1980. Ses plus grands collaborateurs étant des artistes de renom comme le trompettiste Wynton Marsalis.

Après le départ de ce dernier du Art Blakey and the Jazz Messengers, le batteur continue à faire appel à d'autres jeunes musiciens comme Donald Harrison et Terence Blanchard. Poursuivant dans ce sens, son groupe et lui-même accumulent récompenses et trophées au fil des années.

En 1982, il est introduit au Jazz Hall of Fame et remporte le Lee Morgan Memorial Award. Deux ans plus tard, son groupe obtient un Grammy Award pour la performance instrumenta le de leur opus « New York scene ».

En 1986, Art Blakey est couronné d'un Jazznote Award avant d'obtenir le Doctorate of Music décerné par le Berklee College of Music en 1987.

D'autres reconnaissances seront encore au rendez-vous après sa mort en 1990.