Biographie Betty Wright

Betty Wright Né(e) le 21 décembre 1953 (62 ans)

Sa biographie

Présentation

Née le 21 décembre 1953 à Miami, Floride, Betty Wright aime la musique dès son plus jeune âge. À trois ans, elle chante avec ses frères et sa mère dans « Echoes of joy », un groupe de gospel familial.

Mis à part dans les églises du sud de la Floride, le groupe se produit sur scène et assure les premières parties de Johnnie Taylor et des Staple Singers.

À treize ans, elle attire l'attention du producteur Willie Clarke et du chanteur Clarence « Blowfly » Reid. Très vite, Betty Wright signe chez le label Deep City et sort son premier disque en 1966. L'album ne connaît pas encore un grand succès, mais permet néanmoins à la jeune chanteuse d'intégrer le label Alston.

En 1967, Betty Wright sort le tube « Girls can't do what the guys do » et fait parler d'elle dans l'industrie du R'n'B. Le tube jouit d'un bon classement dans les charts R'n'B et pop, ce qui ouvre la voie au single suivant « He's bad bad bad » qui jouit d'un très bon accueil.

À quinze ans et avec une carrière déjà lancée, Betty Wright décide d'accorder une pause à sa carrière de chanteuse, pour finir sa scolarité. Elle revient aux devants de la scène en 1970, avec les hits « I love the way you love » et « Pure love », suivis l'année d'après par le hit explosif « Clean up woman ».


La consécration

Avec « Clean up woman » sorti en 1971, Betty Wright connaît l'envol de sa carrière. Le single se vend à plus d’un million de copies et pulvérise les charts R'n'B et pop.

À peine âgée de 18 ans, la jeune chanteuse est désormais classée au haut rang de superstar du R'n'B et de la soul. Forte de ce premier grand succès, elle enchaîne l'année suivante avec « Baby sitter » et « Is it your girl », qui squattent les premières places des charts. Treize autres hits suivront de 1972 à 1979, à l'instar de « Secretary », « Where is the love » et « Dance with me ».

Entre temps, le talent de Betty Wright sera récompensé par un Grammy Awards, pour « Where is the love ». Elle connaîtra sa première certification or avec son album « Betty Wright live » sorti en 1978.

Au sommet de son art, Betty Wright est désormais considérée comme une des plus grandes chanteuses de sa génération et comme une des plus belles voix de la Black music. Elle jouit d'une grande notoriété et devient très respectée des autres artistes. Elle enchaîne alors les concerts et les tournées, s'ouvrant à un public plus vaste.


De 1980 à aujourd'hui

Betty Wright Change de maison de disque en 1980 et signe chez Epic Records. En quittant la boîte de Henry Stone, la gloire floridien du R'n'B, Betty Wright verra son succès dégringoler.

Ce déclin se fera remarquer dès son premier album chez Epic. En effet, « What are you going to do with it » ne connaît qu'un succès commercial mineur et ne pondra que très peu de tubes, malgré la participation d'un certain Stevie Wonder à la production.

Par la suite, Betty Wright se déplace de label en label, jusqu'à ce qu'elle fonde en 1987 « Ms. B », sa propre boîte, où elle sort l'album « No pain, no gain » l'année suivante.

Grâce à ce nouvel opus, elle renoue avec le succès et surtout avec les sommets des charts. L'opus contient plusieurs tubes à succès comme « From pain to joy » et « After the pain ».

Par la suite, Betty Wright se produit régulièrement sur scène et part en tournée à travers tout le territoire états-unien. De 1990 aux débuts des années 2000, l’on compte cinq albums de plus à la discographie de Betty Wright, sortis non seulement chez Ms. B mais également chez Vision et Solar.

Hormis pour son talent de chanteuse et pour ses travaux chez Ms. B, Betty Wright est célèbre dans le monde de la soul et de la musique noire afro-américaine en générale pour avoir aidé de jeunes artistes à percer.

Parmi ses plus illustres protégées, on cite Jennifer Lopez, Joss Stone, Gloria Estefan ou encore Gwen McCrae.