Brook Benton

Benjamin Francklin Peay Né(e) le 19 septembre 1931 (85 ans)

Sa biographie

La formation auprès de groupes de gospel et de R'n'B

Benjamin Franklin Peay se passionne dès l'enfance pour le gospel, chante au temple de son père et rêve de devenir chanteur. Pour aider sa famille, il fait des petits travaux. Il était alors livreur de lait et membre du Camden jubilee singers.

Il commence à écrire ses premiers textes dont la plupart sont inspirés de la bible. Mais il n'imagine pas encore qu'il va cartonner avec 49 singles au Billboard Hot 100 et au Christmas music charts des Etats-Unis.

Pour s'améliorer en la matière, il décide à l'âge de 17 ans de partir pour New York, en 1948, en rejoignant des groupes de gospel tels que « The Golden gate quartet », « The Jerusalem stars » ou encore « The Langford Air es ». Ses aventures au sein de ces groupes vont le mûrir et l'encourager à se lancer en tant que professionnel dans le monde de la musique.

A son retour en Caroline du Sud, il devient chauffeur de camion mais son rêve musical le poursuit et il décide de fréquenter un groupe de R'n'B nommé « The Sandmen » avec lequel il réalisera un album.

Entre temps, il se forme à l'organisation des concerts lors des différentes tournées effectuées avec les membres de son nouveau groupe. Ceux-ci lui donneront son nom de scène, Brook Benton .

Plus tard, aspirant à une certaine indépendance, il quitte le groupe pour entamer une carrière solo vers 1953.


Les succès et les collaborations

Brook Benton commence alors son aventure solo en signant chez Okeh Records en 1953. Depuis, il continue à écrire au rythme du R'n'B. Il connaît un grand succès avec son single « A million miles from nowhere » en 1958. Il enchaîne en 1959 avec « It's just a matter of time », fruit de sa collaboration avec Clyde Otis et Belford Hendricks. Le single arrive en troisième position au Billboard Hot 100 Chart américain.

« Endlessly » qu'il écrit au départ pour Nat King Cole et qu'il chantera finalement rencontre également un grand succès.

En tant que compositeur, il écrit bon nombre de chansons avec Clyde Otis et d'autres compositeurs de son époque. A part les chansons qu'il écrit pour lui-même, il compose également pour d'autres chanteurs très connus.

Pour preuve il dédie « Looking back » à Nat King Cole et « A lover's question » à Clyde McPhatter. D'autres artistes tels que Roy Hamilton profiteront également de son talent d'auteur-compositeur.

Evidemment, pour le chanteur à la voix chaleureuse, les collaborations ne se limitent pas au domaine de la composition. Il chante alors en duo avec certains artistes comme Dinah Washington, à qui il demande de l'accompagner dans « A rockin' good way » et « Baby, you've got what it takes » signés sur le label Mercury en 1960.


« Rainy night in Georgia »

En 1963, il signe avec Mercury et fait parler de lui avec « I got what I wanted and two tickets to Paradise » suivi par « Going going gone » en 1964.

Les années 1960 ne sont pas très propices. Le public est ébloui par les Beatles qui battent les records de vente d'albums. En tout cas, pour le roi de la R'n'B, même si le public semble avoir changé de goût, l'aventure ne s'arrête pas là. Aussi continue-t-il à écrire et enregistrer chez RCA et Reprise Records puis Cotillion/Atlantic Records en 1969.

Son dernier succès, écrit par Tony Joe White, date de 1970 et s'intitule « Rainy night in Georgia ». Le single sera repris par d'autres artistes plus tard. Après 1970 jusqu'aux années 1980, il se présente encore dans des concerts jusqu'au moment où sa condition physique ne le lui permettra plus.

Brook Benton meurt à New York City le 9 avril 1988 suite à une complication. Beaucoup gardent un bon souvenir de lui pour son amabilité, sa sensualité, son romantisme et son Air jovial. D'ailleurs il a laissé derrière lui beaucoup de ses photos au visage souriant et joyeux. Son oeuvre posthume titrée « Fools rush in » ne sera réalisée qu'en 2005.