Biographie Carl Carlton

Carl Carlton Né(e) le 1 janvier 1953 (63 ans)

Sa biographie

Une voix très « soulful »

Carl Carlton voit le jour le 1er Janvier 1953 à Détroit, Michigan. Très jeune, il découvre son don pour la musique et surtout pour le chant.

Il commence alors à chanter à l'église ainsi que dans des petits clubs en compagnie de ses aînés. Doté d'une très belle voix, Carl Carlton est repéré par h Asa rd par un voisin tandis qu'il jouait au base-ball avec ses amis. Le voisin en question criait de sa fenêtre sur les enfants, leur sommant d'arrêter de jouer et d'éteindre ce qu'il croyait être une radio.

Très étonné, lorsque les enfants lui ont répliqué qu'il n'y avait aucune radio mais que c'était Carl Carlton qui chantait, il descendit voir de ses propres yeux cet enfant à la voix magnifiquement « soulful ».

Très vite, le voisin fait signer le jeune Carl Carlton auprès d'une maison de production locale du nom de Lando Records. Ayant opté pour « Little Carl Carlton » comme nom de scène, le jeune artiste joue désormais dans la cour des grands. Nous sommes à la fin des années 60 et Carl Carlton a 12 ans.

Très vite, il sort son premier single « I love true love », un petit hit local, suivi de deux autres singles moins célèbres.


Carl Carlton: The 12 year old wonder

La carrière de Carl Carlton commence à battre de l'aile lorsqu'il est sollicité par Ed Wingate, patron du label Golden World, qui le fait signer chez lui.

Rebaptisé « Carl Carlton: The 12 year old wonder », il sort le single « Nothin' no sweeter than love », qui ne connaîtra pas le grand succès escompté.

Après que le Golden World ait été racheté par la Motown en septembre 1966, Carl Carlton est récupéré par Don Robey et son label Back Beat Records. Le premier single du désormais « Little Carl Carlton: 14 year old sensation » auprès de cette nouvelle boîte sera « Competition ain't nothin' » sorti en 1968, suivi de « 46 Drums - 1 Guitar » qui seront tous les deux bien classés en tête des charts.

Peu après, Don Robey ramène Carl Carlton à Detroit pour travailler au sein du studio Tera Shirma, aux côtés de plusieurs grands producteurs et musiciens tels que Mike Terry, Fred Briggs et Joshie Armstead. De cette nouvelle formule découleront plusieurs hits à succès comme « Look at Mary Wonder », Don't walk away » et « Drop by my place ».

Le 23 mai 1973, le label Back Beat ainsi que tous ses contrats sont vendus à ABC-Dunhill, ce qui marque un grand tournant bénéfique à la carrière de Carl Carlton.

Tout d'abord, la même année verra la sortie du premier album de Carl Carlton baptisé « You can't stop a man in love », qui est une compilation de ses meilleurs singles. Ensuite, il connaît en 1974 son premier grand succès grâce à la reprise de la chanson « Everlasting love » interprétée plusieurs années plutôt par Robert Knight.

Carl Carlton squatte alors le Top Ten des charts pop et R'n'B. L'opus « Everlasting love » comprend le fameux tube ainsi que plusieurs autres singles comme « Smokin' room ».

En 1975, Carl Carlton part pour Washington pour travailler avec le producteur et compositeur Bunny Sigler ainsi que les groupes MFSB et Instant Funk. Un album intitulé « I wanna be with you » naîtra de cette collaboration qui ne connaîtra pas l'accueil grandiose qui lui était dû.

Après avoir attendu un an et demi avant que son contrat avec ABC ne soit rompu, il signe en 1977 chez Mercury où il sort quelques singles, dont la célèbre ballade « You you ».


La consécration

Carl Carlton rencontre ensuite Leon Haywood qui l'embarque pour la Californie pour le faire signer chez 20th Century Records.

Après plusieurs singles non fructueux, la consécration viendra en 1981 avec le tube « She's a bad mama jama » et l'album éponyme certifié Disque d'Or.

Étant désormais considéré comme une véritable icône de la musique, Carl Carlton enchaînera ensuite les apparitions télévisées, les concerts et les albums. Toujours actif à l'heure actuelle, Carl Carlton reste l'un des artistes les plus respectés du funk, du R'n'B et de la musique afro-américaine en générale.