Carla Thomas

Carla Thomas Né(e) le 21 décembre 1942 (73 ans)

Sa biographie

Fille du grand Rufus Thomas

Carla Thomas est la fille du grand chanteur de funk, R'n'B et soul Rufus Thomas de Memphis. Ce dernier l'initie dès son enfance à la musique.

Dans son adolescence, elle décide de suivre les pas de son père, passe au micro et monte sur scène avec les Teen Town Singers. Elle ira encore plus loin à 17 ans quand elle se mettra en duo avec son père pour l'enregistrement de la Chanson « Because I love you » chez Satellite.

Grâce à cette Chanson , la jeune fille a signé sa première consécration sur la scène musicale puisque « Because I love you » est devenu un hit régional. Les patrons de la maison de disques Satellite se réjouissent de ce premier vrai succès de leur label.

Fière de son exploit, Carla Thomas se lance dans une carrière solo.


Reine de la soul, chanteuse de « Gee whiz » et « King & Queen »

La chanteuse signe avec Atlantic Records et sort en 1961 son premier album « Gee whiz ». Du coup, elle devient une star nationale grâce à son single « Gee whiz (Look at his eyes) ».

Son premier tube est sacré numéro 5 au R'n'B chart et arrive à la 10ème place du Pop chart. Carla Thomas enchaîne alors avec des singles retentissants comme « I'll bring it on home to you » et « B-A-B-Y » chef d'oeuvre de David Porter et Isaac Hayes atteignant les Top 3 du US R'n'B de 1966.

En 1967, son quatrième album « King & Queen » signé Stax Records est dans les bacs. Pour sa réalisation, la star s'est fait accompagner par l'illustre Otis Redding . Leur LP arrive à la 5ème position du R'n'B chart et Carla Thomas est sacrée reine de la soul.


Dame des festivals

Vers la fin des années 1960, elle se fait détrôner par Aretha Franklin mais des singles comme « I like what you're doing to me » de 1969 lui permettront de retrouver le parfum de gloire du passé.

Dans les années 1970, la chanteuse reste fidèle à la maison de disques Stax jusqu'à sa faillite en 1975. Dès lors, Carla Thomas n'a plus enregistré et s'est contentée de donner des spectacles.

En 1991, elle est au festival Porretta Terme Soul avec son père. Deux ans plus tard, en 1993, elle reçoit de la Rhythm and Blues Foundation un Pioneer Award.

Dans le troisième millénaire, on la retrouve au cinéma. En 2003, elle apparaît dans le film documentaire « Only the strong survive » de D.A. Pennebaker, sélectionné au Festival de Cannes et au Sundance Film.