Biographie Charlélie Couture

Bertrand Charles Elie Couture Né(e) le 26 février 1956 (60 ans)

Sa biographie

Etonnant Charlélie Couture... Ses années passées aux Beaux-Arts de Nancy lui permettent de touCher à de nombreuses formes d'art avec un égal bonheur.
Si la chanson lui a permis de touCher un vaste public, il en profite pour fAIRe découvrir de nouvelles facettes de son talent par le biais de la peinture et plus récemment du multimédia.
Une éducation au milieu des lettres (sa mère enseigne le français) et de l'art (son père est antiquAIRe) développe le goût pour les belles choses chez cet adolescent rêveur qui cultive à loisir l'accent nancéen, ce phrasé sera la véritable marque de fabrique du chanteur.

Cinq ans d'école des Beaux Arts lui permettent d'assouvir en partie sa curiosité pour les arts plastiques. Sa maîtrise du piano, qu'il pratique depuis l'enfance, et sa facilité à écrire des textes le conduisent presque naturellement à la chanson.
A 22 ans il enregistre à Nancy "12 chansons dans la sciure", premier 33 tours remarqué. L'année suivante, avec un second album "Le Pêcheur", il continue d'intriguer un petit milieu. Sur les routes de France, avec sa guitare, il rencontre un public un peu plus large.

Toutefois, c'est avec la signature pour le label prestigieux Island que CharlElie Couture emprunte la voie royale du succès.
Un nouvel album "Pochette Surprise" lui permet de travailler avec de véritables professionnels. Personnalité introvertie et perfectionniste, il peaufine son opus suivant "Poèmes rock" qui inclus le titre qui va le fAIRe découvrir largement "Comme un avion sans aile".

De la musique avant toute chose

La poésie froide, teintée de solitude, de l'artiste, parle à toute une jeunesse qui accueille comme un ami le chanteur et ses titres suivants, comme "Local rock", extrait de son disque "Quoi fAIRe". Palais des Sports puis Olympia en 83 : c'est la consécration critique et publique suivie d'une tournée internationale. Incursion dans la musique de film pour "Tchao Pantin" de Claude Berri, où CharlElie Couture donne un poids encore plus tragique à la composition du comédien Coluche.

Fin 87 sort "Solo Boys", suivi l'année suivante par... "Solo girls". Le titre un rien nostalgique : "Aime moi encore au moins" devient un beau succès.
Une fois encore la solitude marque ces albums qui contiennent des succès comme "La Suprême dimension", écrite en collaboration avec son frère Tom Novembre, qui réussit lui aussi à se fAIRe un nom. Deux spectacles reprenant le concept de ces albums, sont présentés aux Folies Bergères : une soirée pour les hommes, une autre pour les femmes puis une troisième pour les couples !
L'Australie devient alors une source d'inspiration pour le chanteur comme pour le plasticien. Son album suivant, sorti en 90, s'intitule "Melbourne Aussie", l'année d'après "Victoria Spirit" d'où est extrait "Under Control" résonne encore de ces impressions exotiques.


Musique et peinture

Le chanteur sort en 1994 un nouvel album, manifeste d'un nouvel élan créatif : "Les Naïves". "Jacobi marchait" marque cette période relativement légère, comme l'atteste le spectacle présenté à l'Odéon "Concert naïf au pays des anges", conçu en collaboration avec le chorégraphe Philippe Découflé.
Si ce n'est plus le public de masse qui écoute ses œuvres, CharlElie Couture peut compter sur de nombreux fidèles qui découvrent "Dawn Town Project" conçu à New York en 95.
 "Casque nu", en 97, est emprunt de blues, le chanteur se fait plus attachant que jamais. Le multimédia ne pouvait qu'attirer ce curieux impénitent.


La "Double vue " du "Fort rêveur"


Il sort en 2000 "Champs paraboliques", toute nouvelle initiative pour un chanteur. "Je m'attache à toi", single tiré de son nouvel et 20ème album, évoque un tendre retour aux sources.
Il reste de nombreux champs à explorer pour cet artiste qui ne manque pas de ressources. 2002 est l'année de tous les changements. Après la disparition de son père, il délaisse définitivement Couture pour Charlélie et se produit en tant quel tel à Bruxelles, pour sa tournée "109 shows".

Désireux d'associer musique et peinture, il s'installe en 2004 à New York et organise son atelier qui domine l'Hudson. Il rompt également avec son univers musical. Il confie la composition à d'autres, Mathias Delplanque ou Dombrance.
En revanche, il s'octroie les textes pour donner vie à ses "maux". Des changements qui donne naissance à "Double vue" en 2004.

En janvier 2011, c'est la sortie de son nouvel opus "Fort rêveur", dont le premier extrait est "Quelqu'un en moi".
Un titre qu'il reprend lors de sa tournée qui débute à la fin de ce même mois. CharlElie Couture se produit notamment à la Boule Noire à Paris du 9 au 12 mars ainsi que les 10 et 11 juin au Casino de Paris.