Nile Rodgers : décryptage de la carrière d’un monstre sacré de la chanson

Le guitariste et auteur-compositeur culte est une machine à tubes inégalée. Retour sur la destinée d'un génie qui a su traverser les modes et les époques.

Nile Rodgers (picto) © Getty images
Nile Rodgers : celui qui sait tout faire

Difficile d'être un musicien plus complet que Nile Rodgers : l'artiste est guitariste, auteur-compositeur et producteur. Il a, d'ailleurs, commencé sa carrière en tant que musicien de studio à New York, aux États-Unis, avant de rencontrer, en 1970, son complice de toute une œuvre en la personne du bassiste Bernard Edwards.

Nile Rodgers : la naissance de Chic

Les deux amis fondent alors le groupe Chic, qui cartonne très vite avec des tubes comme « Dance Dance » (1977) ou encore « Le Freak », qui se vend à sept millions de copies en 1978. Chic se sépare en 1983, avant de renouer épisodiquement. Depuis, Nile Rodgers a annoncé, en 2016, qu’un nouvel album était programmé pour 2017. Retardé, l’opus est toujours attendu.

Nile Rodgers : des albums clés en main

À la fin des années 70, le disco façon Chic n'a plus autant la côte et Nile Rodgers décide de mettre son talent au service des autres, livrant des disques parfaitement aboutis à de grandes artistes telles Sister Sledge (« We Are Family », 1979) ou encore Diana Ross (« Upside Down », 1980). Toutes ses créations remportent un franc succès auprès du public bien que ce dernier ignore qui se cache à la production ! Nile Rodgers devient alors une véritable machine à tubes.

Nile Rodgers : celui qui offrait des tubes aux autres

Les années 80 et 90 sont placées sous le sceau de la collaboration pour le magicien des studios. Il collectionne les grands noms : David Bowie avec « Let's Dance » (1983), Madonna avec « Like a Virgin » (1984) ou encore Duran Duran avec « Notorious » (1986). Nile Rodgers conforte ou relance des carrières en parfois un simple single, qu'il s'agisse de Grace Jones, Cyndi Lauper ou encore Peter Gabriel. On peut également citer sa célèbre collaboration avec le groupe Daft Punk en 2013, qui a engendré – entre autres – le succès non seulement planétaire mais probablement intersidéral « Get Lucky ».

Nile Rodgers : les musiques de films et de jeux vidéo

Ce passionné, véritable touche-à-tout, compose dès 1988 sa première bande-originale pour un long métrage intitulé « Un Prince à New York », avec Eddie Murphy. Il enchaîne ensuite avec plusieurs films dont « Objectif Terrienne » et « White Hot » en 1989. En 1998, Nile Rodgers fonde le label de production musicale Sumthing Else Music Works et le label de distribution Sumthing Distribution. L'entité Sumthing se concentre sur un nouveau genre de musique en train d'exploser : la bande-originale de jeux vidéo, avec comme titres Halo, Resident Evil, Gears of War ou encore Borderlands.

Chic - Les dernières actus