Christophe

Daniel Bevilacqua Né(e) le 13 octobre 1945 (70 ans)

Sa biographie

Son caractère anticonformiste se fait sentir dès l'enfance : refusant de se plier à la discipline scolaire, ses parents se voient contraints de le changer souvent d'établissements. 

Le jeune David se nourrit essentiellement de chanson française qu'il écoute avec frénésie mais le grand choc viendra avec la découverte de la musique américaine et notamment du blues.



Premier succès

A 16 ans, il monte sur scène avec le groupe qu'il vient de créer : Danny Baby et les Hooligans. Leur répertoire est essentiellement constitué de reprises rock. La gloire arrive quatre ans plus tard avec son second 45 tours, l'incontournable « Aline ». Le chanteur a choisi son pseudo : Christophe. Ses titres suivants - « Marionnettes », « J'ai entendu la mer » et « Excusez-moi Monsieur le professeur » - remportent eux aussi un grand succès.

Christophe fait partie de la vague yéyé sans pour autant s'y complaire comme Sylvie Vartan ou Johnny Hallyday. Au début des années 70, après quelque temps de silence, il n'a aucun mal à revenir en imposant une nouvelle image : un mâle un peu distant et sulfureux.

« Les Paradis perdus », album dont les textes sont écrits par un jeune alors encore inconnu nommé Jean-Michel Jarre, est surtout connu pour le single triomphal « Senorita ». Dans la foulée, il s'offre un Olympia haut en couleur. 


Un artiste au succès fou

En 1975, « Les Mots Bleus » résonnent dans toutes les têtes. Quelle jeune fille a pu oublier les jeux de regards suggestifs du chanteur lors de ses passages télés ? 

Trois ans plus tard sort « Le Beau bizarre », nouvelle étape dans la carrière du chanteur qui s'éloigne des recettes précédemment appliquées : une plus grande originalité domine l'album. « Succès fou », 45 tours sorti en 1983, porte bien son titre. Quant à « Aline », la ressortie de la chanson fait crier de plaisir les fans. 

L'image du chanteur se brouille encore un peu entre un album en hommage à des standards des années 50 et d'autres titres plus kitsch, comme « Ne raccroche pas », clin d'oeil à Stéphanie de Monaco ! De plus en plus en phase avec lui même, Christophe prend son temps. 


Christophe redevient Bevilacqua

En 1996, l'album « Bevilacqua » surprend par son concept inédit : les textes (écrits pour la première fois par le chanteur) n'entrent dans aucun calibrage préétabli, c'est un disque en totale liberté qui reflète la personnalité complexe de son auteur. Dans la même veine sort en 2001 « Comme si la terre penchait » (« La man »). 

En février 2002, c'est l'évènement... Christophe est de retour sur scène... après 27 ans !

En 2008, l'interprète des « Mots bleus » et d'« Aline », revient avec « Aimer ce que nous sommes ». Sur des airs qu'il définit comme « andalourock », il invite Isabelle Adjani ou encore Daniel Filipacchi.



La malle aux trésors

En 2013, Christophe fait écho à ses « Paradis Perdus » de 1979 en dévoilant « Paradis retrouvé », une compilation de treize inédits, fruits de ses diverses expérimentations sonores des années 70 et 80 qui étaient jusqu'à présent restés sous la forme de maquettes.

Le projet paraît trois ans après la disparition de Francis Dreyfus, producteur historique du chanteur et ancien patron du label Motors. C'est d'ailleurs lui qui avait suggéré l'idée, qu'il avait dans un premier temps rejetée, mais qu'il a finalement acceptée afin de lui rendre hommage à sa manière.


Un anniversaire dans l'intimité

Suite à la parution du projet, Christophe repart sur les routes où germera l'idée d'un nouvel opus enregistré au studio Davout dans les conditions de ses derniers live, à savoir dans la plus grande simplicité, uniquement armé de sa voix et d'un instrument, qu'il soit synthétiseur, piano ou guitare.

Lancé dans les bacs en 2014 pour célébrer ses 50 ans de carrière, « Intime » revisite près de 20 morceaux légendaires de son répertoire, des perles épurées qu'il choisit de présenter dans une série de petites salles, au plus près de ses fans.

Les dernières actus de Christophe

Ses photos