Crystal Gayle

Brenda Gail Webb Né(e) le 9 janvier 1951 (65 ans)

Sa biographie

Les débuts

De son vrai nom Brenda Gail Webb, Crystal Gayle voit le jour le 9 janvier 1951 à Paintsville, Kentucky. Elle est la soeur cadette de la chanteuse Loretta Lynn et la cousine éloignée de Patty Loveless.

Influencée par le succès que connaît sa grande soeur dans le monde de la musique, Brenda Webb apprend très jeune à jouer de la guitare et s'initie aux Chanson s folk avant de se produire sur les podiums de son lycée.

Elle fera ses débuts en tant que choriste au sein du groupe amateur de son frère. Loretta Lynn encouragera beaucoup sa jeune soeur à suivre ses traces, en l'emmenant régulièrement en tournée avec elle.

Après ses années de lycée, Brenda Webb signe chez Decca Records, le label de sa grande soeur, sous le nom de scène « Crystal Gayle ». elle enregistre en 1970 son premier single, intitulé « I've cried (The blues right out of my eyes) » et écrit par Loretta Lynn. Le single se place très vite à la 23ème place du chart Billboard Country.

Sur ce premier single, Crystal Gayle adopte le même style que sa soeur, ce qu'elle refera sur plusieurs de ses autres singles qui suivront, selon les indications de Decca.

Ce choix s'avèrera défavorable pour ses débuts, car l'empêchera d'établir et de s'illustrer dans son propre style. Peu convaincante, elle ne retrouvera plus le Top 40 des charts country qu'en 1974, avec « Restless » qui se classe 39 ème.

Déçue, elle quitte Decca dans la même année 1974 pour déménager chez United Artists, où elle collaborera avec le producteur Allen Reynolds. Aux côtés de ce dernier, elle jouit d'une liberté de création, de composition et surtout de style.

Elle sort son premier album, éponyme, en 1974. De ce premier opus est tiré la Chanson « Wrong road again », qui sera son premier tube à être classé dans le Top Ten country.


L'envol

Jouissant désormais d'un brin de célébrité, Crystal Gayle inscrit son premier méga-tube en 1976, « I'll get over you ». Il se classe à la tête du chart country U.S., dans le Top 40 du chart Adult Contempor Ary et dans le Billboard Hot 100.

S'ensuivront deux nouveaux grands tubes, « You never miss a real good thing » et « I'll do it all over again », qui se classe respectivement à la première et à la deuxième place du chart country.

En 1977, elle rencontre la plus grande consécration de sa carrière avec la ballade « Don't it make my brown eyes blue », qui sera classé numéro deux du Hot 100, numéro 4 du Adult Contempor Ary et squattera quatre semaines durant le sommet du chart country.

Tournant en boucle sur les ondes, ce méga-tube lui vaudra un Grammy Award. Enfin, grâce à ce succès fulgurant, Crystal Gayle écoulera très facilement son album « We must believe in magic », sorti en 1977 et certifié disque de platine.

Désormais incontournable de la scène musicale U.S., elle effectue une série de tournées mondiales, se produisant aux côtés des non moindres Kenny Rogers et Bob Hope.

Dans l'année 1978, Crystal Gayle sort l'album « When I dream », qui générera trois Top 3 country, dont le tube « Talking in your sleep », classé numéro un.

En 1979, elle quitte United Artists et signe chez Columbia Records. Elle y sortira la même année l'album « Miss the Mississippi », contenant le tube « Half the way ».


De 1980 à aujourd'hui

Au sommet de sa gloire durant les années 70, Crystal Gayle connaîtra un succès qui va crescendo dans les années 80. Elle entame les eighties en inscrivant un nouveau numéro un dans le chart country, « It's like we never said goodbye ».

Avec l'album « Hollywood, Tennessee » sorti en 1981, elle s'illustre non seulement dans le monde du country mais également dans celui de la pop. Sollicitée de tous parts, elle travaille en 1982 pour Francis Ford Coppola, sur la bande originale de son film « One from the heart », aux côtés de Tom Waits.

Dans la même année, elle signe chez Elektra Records et y sort l'album « True love ». Son passage au sein de cette maison de disques sera marquée par son duo intitulé « You and I », avec Eddie Rabbitt.

L'année d'après, elle Change de bord et enregistre chez Warner Bros. Records, où elle sortira six albums jusqu'à la fin des années 80. Entre temps, elle enregistre avec G Ary Morris un duo intitulé « Makin' up for lost time », pour la bande originale de la série télévisée Dallas.

De leur collaboration découlera également en 1987 un album commun intitulé « What if we fall in love ».

Dans les années 90, elle sortira quatre albums studios et un album tribute à Hoagy Carmichael. Mais le succès se faisant désormais rare, aucun de ces albums ne réussira à inscrire un quelconque tube dans les sommets des charts.

Elle accueille le troisième millénaire avec un album pour enfants, intitulé « In my arms ». Par la suite, elle s'éclipsera peu à peu des devants de la scène.

Parmi ses récents opus, on cite « All my tomorrows » sorti en 2003 et qui est une collection de ses plus grands standards ainsi que les deux albums live « Crystal Gayle in concert » et « Live! An evening with Crystal Gayle », sortis respectivement en 2005 et 2007.