Sa biographie

Miami sound

Bien qu'elle a toujours développé un intérêt particulier pour le monde des mélodies et des rythmes, Della Humphrey devra attendre jusqu'en 2003 pour pouvoir réellement percer ce secteur. Année où elle va participer à une compilation de Soul Jazz Records intitulé « Miami sound ».

L'opus, une compilation à la fois soul et funk des années 70, est réalisé avec la participation de plusieurs grands artistes. Il comporte 17 titres dont « Somebody done took my baby and gone » interprété par Joey Gilmore , « Funky cat » interprété par James Knight And The Butlers, « You got to be a man » chanté par Frank Williams & The Rocketeers, ou encore « Funky me » par Timmy Thomas .

On peut également y trouver le tube « I love the way you love » interprété par Little Beaver ou encore la Chanson « 90% of me is you » par Gwen McCrae.

C'est au coeur de ce riche tracklist que l'on retrouve Della Humphrey avec le titre « Don't make the good girls go bad ». Une Chanson qui va la propulser sur le devant des projecteurs.


« Studio one women »

Trois ans après la sortie de « Miami sound », Della Dumphrey décide de se lancer dans une nouvelle aventure et participe à l'enregistrement d'une autre compilation de Soul Jazz Records « Studio one women ».

Ce nouvel opus, composé de 16 titres, mettra particulièrement à l'honneur le monde du reggae au féminin. On peut y découvrir plusieurs artistes oubliées dont Jerry Jones qui interprétera le titre « There's a chance for me », Jennifer Lara qui chantera « Tell me where » ou encore « Consider me », Marcia Griffiths avec le titre « Tell me now », ou encore The Soulettes qui interprétera le titre « King street ».

Denise Darlington sera également présente avec le titre « War no right », Angela Prince avec « You a fool boy », ainsi que Claudette Mclean avec le titre « Give love another try ».

Pour sa part, Della Humphrey va interpréter le titre « Dream land », une reprise de Bunny Wailer qui date de 1975.

Désormais, sa carrière et sa renommée vont tourner autour de ce tube et de « Studio one women ».