Biographie Focus

Focus Né(e) le 30 novembre 1968 (48 ans)

Sa biographie

« Hocus Pocus »

Focus débute en 1970 avec la sortie de son premier album « In and out of Focus » qui reçoit un petit succès aux Pays-Bas, mais ne fait pas d'écho dans les autres pays. « In and out of Focus » contient huit titres dont une version chantée et une version instrumentale du titre « Focus ».

Après la sortie de ce premier opus, le line-up de Focus se modifie tel que par la suite, il sera composé du bassiste Cyril Havermans, du batteur Pierre van der Linden ainsi que de Thijs van Leer et Jan Akkerman.

Un an plus tard, le groupe revient sur le devant de la scène avec « Moving waves » qui leur vaut d'être apprécié au rang de stars du rock. « Moving waves » comprend en tout 6 titres dont « Eruption » qui dure 23 minutes et se décompose en 12 parties.

« Eruption » est en fait une réadapation de l'opéra de Jacopo Peri qui relate l'histoire d'Orphée et Euridice. Ce dernier est d'ailleurs considéré comme étant l'un des meilleurs titres instrumentaux de l'histoire du rock progressif.

Également extrait de cet album, « Hocus Pocus » est un des plus grand morceaux de Focus qui est un morceau instrumental. « Hocus Pocus » arrive à la 9e place du classement du Billboard Hot 100 et à la 20e place au Uk singles chart.

Le titre est considéré comme un grand classique tel que par la suite il sera repris par un bon nombre d'artistes comme Iron Maiden, Foo Fighters, Vanessa-Mae ou encore Gary Hoey. « Hocus Pocus » est également repris dans la comédie « The stoned age » de James Melkonian, parue en 1994.

D'une approche musicale, l'album est très riche grâce à la présence de nombreux instruments tels la flûte ou l'accordéon. Après la sortie de « Morning waves », Cyril Havermans décide de quitter le groupe en vue de poursuivre une carrière solo avec l'appui de ses compagnons de Focus.


« Sylvia »

Bert Ruiter vient en renfort de Focus qui, après une grande tournée retourne en studio pour enregistrer « Focus III », un Double album. « Focus III » contient une dizaine de titres dont le plus long est intitulé « Anonymus II (Part 1) » durant 19 minutes suivi du 14 minutes « Answers? Questions! Questions? Answers! ».

Par ailleurs, Focus signe un nouveau succès avec ce nouvel album notamment grâce au titre « Sylvia ». En effet, « Sylvia » se classe à la 4e place au UK Charts et à la 33e place aux États-Unis.

Un an plus tard, en 1973, la formation sort son premier album live « At the rainbow » en remplacement de la sortie d'un album studio qui était prévu à la base. À l'issue de cet album, Pierre van der Linden décide à son tour de voler de ses propres ailes et sera remplacé par Colin Allen.

C'est ainsi que Focus sort l'album « Hamburger concerto » en 1974. En tout, l'album contient 5 titres dont « Delitiae musicae », « Hamburger concerto », « La Cathedrale de Strasbourg », « Harem scarem » et « Birth ».

Nouvel album, nouveau batteur en 1975 pour Focus avec David Kemper dans « Mother Focus ». Ce dernier marque un mauvais tournant dans la carrière du groupe qui, malgré la qualité de ses albums, Focus perd peu à peu l'intérêt du public.


Décompositions et recomposition

Ainsi, à l'issue de cet album Jan Akkerman s'en va au profit de Philip Catherine. Après « Ship of memories » paru en 1976, le groupe sort « Focus con Proby » qui reçoit la participation du guitariste Eef Albers ainsi que du chanteur américain P. J. Proby.

Malgré la participation de ces artistes, l'album a du mal à trouver sa place auprès du public tel que le groupe décide de se séparer. Il faut attendre l'année 1985 pour ré-entendre parler du groupe avec la sortie de l'album « Focus » sous la houlette de Thijs van Leer ainsi que de Jan Akkerman.

Durant les années 90, Thijs van Leer décide de reformer Focus à de multiples reprises mais en vain.

En 2001, le groupe retrouve enfin un nouveau souffle et sort un nouvel album intitulé « Focus 8 ». L'album comprend onze titres, fidèles au rock progressif de ses débuts.

Actuellement, le groupe est toujours sur les routes avec Thijs van Leer, Pierre van der Linden, Niels van der Steenhoven, ainsi que de Bobby Jacobs.