Michel Berger : Véronique Sanson, Françoise Hardy et France Gall, ses 3 muses

Artiste sensible et talentueux, Michel Berger s'est inspiré de ses amours pour réaliser ses plus belles chansons. Retour sur trois femmes qui ont particulièrement compté dans sa carrière.

Michel Berger - France Gall - Véronique Sanson - Françoise Hardy © Getty images/abaca

Véronique Sanson : son premier amour

Michel Berger a partagé, avec la chanteuse Véronique Sanson, un amour fusionnel doublé d'une passion commune pour la musique, et particulièrement le piano. Quand il rencontre la jeune femme, en 1967, elle a tout juste 18 ans. Michel Berger est alors directeur artistique chez Pathé-Marconi et les deux musiciens se rapprochent très vite.

Le couple en totale alchimie travaille sur deux albums de Véronique Sanson (« Amoureuse » et « De L'Autre côté de mon rêve », sortis en 1972) sur lesquels Michel Berger est à la production et officie comme directeur artistique. Alors que le couple travaille en studio, le 26 mars 1972, Véronique Sanson annonce qu'elle descend acheter des cigarettes : elle ne reviendra jamais. La chanteuse, sur un coup de tête, est partie rejoindre un autre homme, le rockeur Stephen Stills, à New York, aux États-Unis. Michel Berger est foudroyé par ce départ inattendu et les deux artistes continueront pendant de nombreuses années à échanger sur leur amour par tubes interposés, comme avec « Seras-tu là ? » que Berger sort en 1975 et auquel Sanson répond en 1976 avec son morceau « Je serai là ».
Véronique Sanson (Picto) © getty images

Françoise Hardy : une rencontre artistique

Michel Berger n'a pas eu de relation amoureuse avec Françoise Hardy, mais la chanteuse est entrée dans sa vie à un moment très particulier et lui a permis de mettre en mots une souffrance qui le dévorait. En 1973, Françoise Hardy, enceinte de Jacques Dutronc, cherche à relancer sa carrière en prenant un virage artistique qui lui permettrait de sortir du yé-yé. Elle fait appel à Michel Berger, alors ravagé par sa rupture avec Véronique Sanson, qui accepte de lui écrire deux chansons et de produire son album, « Message personnel » (1973), celui de la renaissance. L'un des deux morceaux sera le tube « Message personnel » (1973), l’une des plus belles mélodies écrites par Michel Berger, dans lequel il s'adresse directement à Véronique Sanson, trouvant dans ce texte une forme d'exutoire à son désespoir. « Je me souviens d'un rendez-vous chez lui. En arrivant dans l'entrée de l'immeuble, on entendait le disque de Véronique, qu'il écoutait à fond. Elle était partie et il avait un chagrin immense », avait rapporté Françoise Hardy dans une interview au « Figaro », le 15 novembre 2015.
Françoise Hardy : message personnel © Getty images

France Gall : la femme de sa vie

Michel Berger écrit un nouveau chapitre de sa vie avec France Gall, qui sera son épouse pendant 16 ans, de 1976 à sa mort en 1992. Il rencontre la jeune femme peu de temps après sa rupture avec Véronique Sanson, et refuse au début d'écrire pour elle. Mais France a un charme persuasif, et un an après, en 1974, il lui offre une chanson, « La Déclaration », qui donne un second souffle à la carrière de la chanteuse. Michel Berger produit ensuite son album « France Gall » (1976), dont les ventes s'envolent : leur relation artistique et amoureuse est sur les rails et roulera de nombreuses années. Alors même qu'il semblerait que le couple n'en était plus forcément un au début des années 90, ces inséparables venaient pourtant juste de sortir un album de duos, « Double Jeu », dans les bacs deux mois avant le décès de Michel Berger, le 2 août 1992, d'une crise cardiaque.
France Gall © Getty images

Françoise Hardy - Les dernières actus