Fred Astaire

Frederick Austerlitz Né(e) le 10 mai 1899 (117 ans)

Sa biographie

Adele Astaire et Ginger Rogers

Frederick Austerlitz pousse son premier cri le 10 mai 1899 à Omaha, Nebraska de parents originaires de l'Autriche. Fred Astaire grandit à New York City auprès de sa soeur, Adele Astaire son aînée d'une année.

Cette dernière révèle très tôt son talent pour la danse et prend des cours auprès de l'école Alvienne. Peu à peu, Fred Astaire se met à s'intéresser à l'art de sa soeur qu'à son tour, il fréquente les cours de danse et apprend  de plus le piano, la clarinette ainsi que l'accordéon.

Le duo Adele/Fred Astaire commence à se produire en 1905 dans des spectacles de vaudeville. En 1917, c'est la révélation lorsqu'ils se produisent pour la première fois à Broadway dans la comédie musicale intitulée « Over the top ».

Grâce à ce coup de pouce, la carrière de Fred Astaire et de sa soeur dans le monde du music hall est lancée. Ils se produisent non seulement à Broadway mais également à Londres où ils rencontrent beaucoup de succès avec les spectacles intitulés « Lady be good », « The band wagon » ou encore « Funny face ».

À la fin des années 20, ils décident de tenter leur chance au cinéma en passant des auditions auprès de Paramount Pictures, mais ne sont pas retenus. Par la suite, en 1932, Adele Astaire décide de tout quitter pour se marier avec Lord Charles Cavendish, le fils cadet du duc Devonshire.

De son côté, Fred Astaire décide de poursuivre l'aventure et monte la comédie musicale intitulée « Gay divorcee » dont la musique est signée Cole Porter et avec une nouvelle partenaire, Claire Luce. Le spectacle obtient un succès retentissant et ouvre les portes d'une carrière florissante pour l'artiste.

C'est ainsi qu'il fait la rencontre du producteur Mervyn LeRoy qui lui propose une adaptation cinématographique de « Gay divorcee », mais c'est avec « Le tourbillon de la danse » sorti en 1933 réalisé par Robert Z. Leonard qu'il fait ses premiers pas à l'écran.

La même année, il joue dans « Carioca » aux côtés de Ginger Rogers avec qui il partagera l'affiche à de nombreuses reprises. En effet, le duo Fred Astaire/Ginger Rogers, ne tarde pas à revenir à l'écran en 1934 dans « La joyeuse divorcée » avec Mark Sandrich à la réalisation.

Durant les années suivantes, ils jouent dans huit autres films dont entres autres « Roberta », « En suivant la flotte », « Amanda » ou encore « La grande farandole » sorti en 1939.


Vedette de films musicaux

Après avoir incarné un duo mythique à l'écran, Fred Astaire et Ginger Rogers décident de poursuivre leur route chacun de leur côté. Ainsi, Fred Astaire trouve une nouvelle partenaire en la personne de Eleanor Powell dans « Broadway qui danse » avec Norman Taurog à la réalisation.

En 1941, on le lie avec celle qu'on surnomme « la Déesse de l'amour », Rita Hayworth dans le film « L'amour vient en dansant » de Sidney Lanfield. Le film obtient un excellent accueil de la part du public et reçoit deux nominations aux Oscars pour la meilleure direction musicale ainsi que la meilleure chanson. Le duo revient un an plus tard, sous la direction de William A. Seiter dans « Ô toi ma charmante ».

Après avoir partagé l'affiche avec d'autres artistes, Fred Astaire annonce qu'il souhaite se retirer de la profession pour se consacrer à d'autres passions notamment les courses de chevaux. Sa retraite dure cependant peu de temps, car un an après avoir pris le large, il fonde le « Fred Astaire Dance Studios », en 1947.

Un an plus tard, il revient sur les écrans aux côtés de Judy Garland dans « Parade de printemps ». Le film raconte l'histoire de Don Hewes, une vedette de Broadway qui s'éprend de Hannah Brown et promet de faire d'elle une star.

« Parade de printemps » est un grand succès et est considéré comme étant un des films les plus réussis de Fred Astaire. À côté du cinéma, il décide d'exploiter de nouveaux horizons tel qu'en 1952, il sort un album intitulé « The Astaire story ».

L'album est enregistré avec le quintette dirigé par Oscar Peterson et contient une quarantaine de chansons dont entre autres « I've got my eyes on you » de Cole Porter ou encore « Steppin' out with my baby » de Irving Berlin.


Une star incontestable

Plus tard, Fred Astaire annonce son désir de mettre sa carrière de danseur de côté pour se concentrer sur une carrière d'acteur dramatique. Ainsi, il se révèle comme étant un acteur convaincant dans « Le dernier rivage » ou « L'Inquiétante dame en noir » sorti en 1962 .

Il passe encore à la petite lucarne où il présente un spectacle de danse intitulé « An evening with Fred Astaire » aux côtés de la danseuse Barrie Chase. Le spectacle est diffusé sur NBC le 17 octobre 1958 et reçoit neuf Emmy Awards.

En 1974, il joue sous la direction de John Guillermin et Irwin Allen aux côtés de Steve McQueen et Paul Newman dans « La tour infernale ». Ce dernier est un grand succès et reçoit de nombreuses nominations aux Oscars dont celui du meilleur acteur dans un second rôle pour Fred Astaire.

Il tourne son dernier film en 1981 dans le drame intitulé « Le fantôme de Milburn » de John Irvin.

Le grand amour de Fred Astaire demeure Phyllis Livingston Potter qu'il épouse en 1933. Le couple donne naissance à deux enfants, Fred Astaire Jr, né en 1936 et Ava Astaire McKenzie née en 1942.

Ils vivent un mariage heureux jusqu'en 1954, lorsque sa femme décède d'un cancer du poumon. Dévasté, Fred Astaire se réfugiera dans le travail pour oublier sa peine.

En 1980, il épouse l'actrice Robyn Smith de 45 ans sa benjamine et qui restera sa compagne jusqu'à son décès.

Fred Astaire s'éteint le 22 juin 1987, son corps repose à Chatsworth en Californie.

Ses photos