Georges Moustaki, les mots à la bouche des plus grands

Un parcours protéiforme. Chanteur, interprète et compositeur, 300 titres à son actif, celui qui fût l’intime de Georges Brassens,

Georges Moustaki © Polydor

... il dédie au Sétois " Les amis de Georges " (1974), est également un peintre reconnu, qui marque profondément le répertoire et les interprètes français.

La poésie, c’est le patrimoine de Georges Moustaki. Une émotion, une sensibilité, un engagement également qui séduisent les plus grands de la chanson française.

Edith Piaf d’abord avec qui il entretient une liaison, après son arrivée dans la capitale où il exerce en qualité de journaliste. Il lui écrit notamment " Milord " (1958).

Juliette Gréco, qui fût également l’une des muses de celui qui devait quitter son Egypte natale à 17 ans, l’introduit dans le Saint Germain des Près où il fait notamment la connaissance de Serge Reggiani.

Pour « L’Italien » il écrit, à partir de 1966, à de nombreux classiques de son répertoire : " Sarah ", " Votre fille a vingt ans ", " Ma liberté " ainsi que « Madame Nostalgie ».

« La longue dame brune », c’est un cadeau à Barbara avec qui il interprète le titre en duo en 1968.

Et puis il y a également « Le Métèque » (1968), d’abord chantée par Pia Colombo et repris par son auteur avec le succès que nous lui connaissons, ou encore « Le temps de vivre » (1970).

Autant de morceaux qui témoignent de l’humanisme de celui qui avait fait sienne la devise d’Antoine Blondin : « L’homme descend du songe ».

Caroline Lebenbojm  

Georges Moustaki - Les dernières actus