Biographie Heatwave

Heatwave Né(e) le 30 novembre 1974 (42 ans)

Sa biographie

Des quatre coins du monde

Tout débute en Allemagne au milieu des années 70 avec les frères Keith et Johnnie Wilder qui y effectuent leur service militaire. Le service militaire fini, ils décident d'y rester et commencent à jouer auprès de quelques groupes.

Par la suite, ils s'envolent pour l'Angleterre où ils font la rencontre de Rod Temperton, un talentueux producteur à qui on doit entre autres le titre « Thriller » de Michael Jackson. Le trio ne tarde pas à être rejoint par le Jamaïquain Eric Johns et de l'Anglais Roy Carter à la guitare, du Tchécoslovaque Ernest "Bilbo" Berger à la batterie ainsi que de l'Espagnol Mario Mantese à la basse.

Ainsi formé, le groupe obtient son premier contrat auprès de GTO Records. En 1976, le premier album de Heatwave intitulé « Too hot to handle » arrive dans les bacs. Composé de 9 titres « Too hot to handle » reçoit la participation du producteur Barry Blue.

Heatwave fait une entrée fracassante dans le monde de la musique avec la sortie de son premier single « Boogie nights ». En effet, la Chanson se classe en deuxième position du UK Singles Chart ainsi que du Billboard Hot 100.

Le single reçoit énormément de succès tel qu'il sera repris par un bon nombre d'artistes les années suivantes à savoir The Weather Girls, KC and the Sunshine Band ou encore la chanteuse anglaise Sonia.

Vient ensuite le titre « Always and forever » qui ne tarde pas à suivre le succès du titre précédent se plaçant à la 18e position du Billboard Hot 100. Ainsi, « Always and forever » est une des premières Chanson s composées par Rod Temperton et qui sera par la suite interprétée par de nombreux chanteurs comme Luther Vandross, Diana Ross ou encore Kenny Rogers.


Succès et tragédies

Un an après la sortie de ce single, Rod Temperton décide de quitter le groupe pour devenir un des plus grands auteurs compositeurs de sa génération. Il n'hésitera pourtant pas à collaborer avec les Heatwave, notamment dans la composition de nouveaux titres.

En 1978, le groupe revient avec « Central heating » qui comprend neuf titres dont « Put the word out », « Send out for sunshine » ou encore « The groove line ». À la suite de « Central heating », Eric Johns part de la formation et sera aussitôt remplacé par Billy Jones.

La même année, le bassiste Mario Mantese est agressé d'un coup de poignard en plein coeur par un inconnu. Les séquelles de cet accident seront lourdes pour le musicien car après avoir subi une mort clinique pendant quelques minutes, il tombera dans un coma avant de se réveiller quelques mois plus tard, paralysé, aveugle et muet.

Heatwave sera ainsi complété par Calvin Duke aux claviers, William Jones à la guitare ainsi que Derek Bramble à la basse. L'album « Hot property » voit le jour en 1979 dont sont extraits les singles « Razzle dazzle » ainsi que « Eyeballin' ».

Malheureusement, le mauvais sort s'acharne contre les membres du groupe tel que Johnnie Wilder, Jr. sera victime d'un accident de voiture. L'artiste ne s'en sortira pas indemne et sera paralysé à partir du cou, le contraignant à céder sa place dans le groupe sans pour autant le quitter.


Heatwave, une deuxième vie

En 1980, Heatwave sort un nouvel opus intitulé « Candles » avec la participation d'un nouveau vocal, J.D. Nicholas durant les concerts étant donné que Johnnie Wilder, Jr. peut assurer les enregistrements en studio.

Trois titres ont ainsi été édités en singles à savoir « Gangsters of the groove », « Jitterbuggin » et « Where did I go wrong ». Suit en 1982, l'album « Current » avec des titres tels « Lettin' it loose », « Look after love » ou encore « Mind what you find ».

Après cet album, les membres de Heatwave se dispersent petit à petit et le tandem des frères Keith et Johnnie Wilder sortent de leur coté un album de gospel intitulé « My goals on light ».

Il faut ensuite attendre l'année 1991 pour pouvoir à nouveau entendre parler de Heatwave notamment avec la sortie de « Mind blowing decisions ».

Par la suite, Heatwave connaît une deuxième vie avec l'initiative de Keith Wilder et la complicité de Ernest Berger à la batterie, Kevin Sutherland et Byron Byrd aux claviers, Dave Williamson à la basse ainsi que de Bill Jones à la guitare.

Johnnie Wilder meurt dans son sommeil le 13 mai 2006 à Dayton, Ohio.