Sa biographie

Au début était les Heartbeats, fondés en 1963 et composés de Peter Noone, le chanteur, Derek "Lek" Leckenby et Keith Hopwood, les guitaristes, Karl Green, le bassiste, et Barry "Bean" Whitwam, le batteur. Ensemble, ils se produisent dans les bals populAIRes de leur région du Nord de l'Angleterre. Face à la ressemblance que décèle le bassiste entre Noone et Sherman, un personnage du dessin animé "The rocky and Buckwinkle show", les Heartbeats deviennent les Sherman & his Hermits puis finalement les Herman's Hermits.

C'est sous ce nom que la formation sort son premier 45 tours, sous la houlette du producteur, Mickie Most. "I'm into something good " est immédiatement propulsé en tête des hits parades anglais en 1964. Conscients des limites musicales, semble t-il, des Herman's Hermits, Mickie Most sollicite les meilleurs musiciens du moment par pallier leurs faiblesses lors des séances d'enregistrements. Jimmy Page (Yardbirds) y joue les guitaristes tandis que John Paul Jones (Led Zeppelin) assure les basses. Un savoir fAIRe associé au physique de jeune premier du chanteur... la recette est toute trouvée pour Mickie Most, qui choisit avec à propos les titres interprétés par le groupe.

Les succès s'enchaînent, "I'm Henry the eighth, I am" (1965), "No milk today" (1966), leur plus grand tube, "I must to avoid" (1966) ou encore "There's a kind of hush all over the world"(1967)... autant de titres qui vont également conquérir le public américain du moins jusqu'en 1968, année du déclin pour les Herman's Hermits, qui sont rattrapés par des groupes pour le moins créatifs.
En Angleterre, en revanche, le succès est toujours au rendez-vous, "Something's happening" (1969), "Years may come, years may go" (1970) et "Lady Barbara" (1971).
C'est finalement en 1971, toujours, que le groupe, qui est maintenant aussi dédaigné par le public anglais, se sépare.
Peter Nonne tentera bien une carrière en solo sans grand succès, si ce n'est toutefois avec "Oh you pretty thing" de David Bowie en 1971.
En 1980, il enregistre avec un groupe de new wave, les Tremblers, "Twice nightly" avant de se tourner avec davantage de réussite vers le théâtre et la télévision.

Leur activité ne s'arrête pas et le groupe continue à sortir des albums et de monter sur la scène.