Hervé Vilard

René Villard Né(e) le 24 juillet 1946 (70 ans)

Sa biographie

Encore enfant, Hervé Vilard est placé en famille d'accueil, où il multiplie les fugues avant de rencontrer à la fin des années 50, l'abbé Angrand qui l'initie à la littérature ainsi qu'à la musique et qui lui offre enfin un modèle de stabilité.

Déterminé à saisir sa chance, l'adolescent part pour Paris où il rencontre le directeur artistique de chez Mercury et sous le pseudonyme d' Hervé Vilard il sort en 1965 son premier 45 tours "Capri c'est fini".
Le succès est immédiat, près de 3 milLions et demi d'exemplAIRes vendus, et le chanteur devient immédiatement une vedette.

Sans gros succès cette fois, Hervé Vilard revient avec "Pédro" ou encore "Mourir ou vivre" et part en tournée avec Claude François. Ses voyages en Turquie, en Allemagne et en Espagne lui ouvrent des perspectives de carrière à l'Etranger.
Il choisit l'Amérique Latine où il entame en 1967 une série de représentations. Après deux années passées sur scène, Hervé Vilard revient en France avec "SAyonara" et une dizaine d'albums qui connaissent davantage de succès en Corée, au Japon, en Colombie, au Chili ou en encore en Argentine, où il s'installe en 1970 à Buenos AIRes.


Un pont entre deux continents

Décidé à conquérir l'hexagone, il sort huit ans plus tard "Nous", une réussite avec plus de 2 milLions d'exemplAIRes vendus et un premier Olympia entre 1979 et 1980. Pour attester de son passage sur cette scène déjà mythique, il enregistre un album live.
Son triomphe se confirme quelques mois plus tard avec le titre "Reviens" qui lui vaut une fois encore de fouler la scène de l'Olympia en 1981 et 1982. Fort de son succès et bien décidé à s'installer définitivement en France, il n'en n'oublie pas pour autant l'Etranger et continue de s'y produire.

En 1990, arrive son album "L'amour défendu" dont certains titres seront repris lors d'un passage par l'Olympia six ans plus tard et par le Cirque d'hiver en 1998, année de la sortie de son disque "Simplement".
Il faut attendre 2004 pour son nouveau disque "Cri du coeur", sur lequel il reprend des textes d'Aragon "Les yeux d'Elsa", de Marguerite Duras "India song", ou de Jean Genet "Le condamné à mort".
Cet album, qui séduit les critiques, qui l'ont trop souvent et trop longtemps considéré comme un simple chanteur de charme, lui apporte ses lettres de noblesse.

Hervé Vilard se livre également avec "L'âme seule" (2006) et les "Bal des papillons" (2007).
Fin 2010, c'est la sortie de son Best of, "Le dernier romantique" qui regroupe de deux à neuf CD selon les éditions.

Dégagé de l'image de chanteur populAIRe, Hervé Vilard s'est enhardi. Son amitié avec Marguerite Duras lui a apporté, aux yeux de la critique, une certaine légitimité dans le monde artistique, qui dépasse désormais celui de la chanson.

Les dernières actus de Hervé Vilard