Biographie Jackson Browne

Clyde Jackson Browne Né(e) le 9 octobre 1948 (68 ans)

Sa biographie

Né en Allemagne, Jackson Browne déménage rapidement vers les Etats-Unis et Los Angeles pour suivre son père, militaire de carrière, mais aussi musicien amateur. C’est dans cette ville qu’il commence à s’intéresser à la musique, étant à l’origine de plusieurs groupes montés avec d’autres élèves. Peu après, il fonde Nitty Gritty Dirt Band en 1965, véritable rampe de lancement à sa carrière.

Auteur-compositeur, Jackson Browne quitte rapidement la formation même si il a grandement participé aux premiers succès de celle-ci, notamment avec « Jamaica, say you will ». Il s’échappe un temps à New-York pour travailler avec Tim Buckley et Nico.


En solo

Revenu à Los Angeles, il sort son premier album solo en 1972, intitulé « Jackson Browne- Saturate before using » comprenant “Doctor my eyes”, “Jamaica, say you will”, “Song for Adam” ou encore “My opening farewell”. A la même époque, Jackson Browne co-écrit avec Glenn Frey le « Take it easy » des Eagles.

Si son album suivant, « For everyman », ne rencontre pas un succès tonitruant, il n’en est pas de même pour les deux suivants, « Late for the sky » en 1974 et « The pretender » deux ans plus tard.
Le premier contient notamment l’une des musiques utilisées par Martin Scorsese pour son film « Taxi driver », mais aussi « For a dancer » et « Before the deluge ».


"Running on empty"

« Running on empty », son nouvel opus, paraît en 1977. Outre le titre éponyme, on y trouve « The Road », « Rosie », « Cocaïne » et « The Load-Out/Stay ». Ce disque, plus rock, est sans doute l’un de ses succès majeurs. Parallèlement, il produit les deux premiers albums de Warren Zevon.

En 1978 il s’investit totalement dans la fameuse campagne antinucléaire No nukes en organisant avec John Hall, Bonnie Raitt et Graham Nas h l’association M.U.S.E. (Musicians United for Safe Energy). Il s’agit de l’une des toutes premières campagnes écologiques américaines à grande échelle.

Deux ans plus tard, l’album « Hold out » sort. Jackson Browne se sert des titres « Boulevard » et « That girl could sing » pour le propulser en tête des charts.
On peut retenir également la chanson « Off missing persons » dédiée à son ami Lowell George récemment disparu. S’en suit une grande tournée internationale. Toujours avide de lancer des chanteurs, il produit le premier album de David Lindley.


Engagement social

Artiste engagé, son disque suivant « Lives in the balance », est une critique ouverte à la politique du président Reagan, comme le prouve le single « Till I go down ». Il participe de fait à maintes actions humanitaires. L'album « World in motion » qui a suivi est encore plus politisé.

Pour son action sociale, il est récompensé par le prix John Steinbeck en 2002.
On le retrouve à la tête du comité de soutien du candidat John Kerry lors de l’élection présidentielle américaine en 2004.

Un an plus tard, il propose « Jackson Browne - Solo acoustic Vol. 1 » comprenant onze chansons live plus un inédit, « The birds of St. Marks ». Il est admis au Rock and roll hall of fame la même année. Le volume 2 sort trois ans plus tard.

La même année, le candidat républicain John McCain utilise l’une de ses chansons, « Running on empty », pour un clip de propagande.
Jackson Browne, démocrate dans l’âme, poursuit McCain pour usage d’une chanson sans permission. Il propose dans la foulée un nouveau CD « Time the conqueror ».