Jeanne Moreau

Jeanne Moreau Né(e) le 23 janvier 1928 (88 ans)

Sa biographie

Festival d’Avignon

Fille d’un père français et d’une mère anglaise, Jeanne Moreau commence le théâtre très tôt, en suivant les cours de Denis Ines au Conservatoire d’art dramatique.

La jeune femme débute au Festival d’Avignon dans la pièce « La terrasse de midi » en 1947. Suite à sa prestation remarquée, elle entre alors à la Comédie Française, mais n’ y reste que peu de temps,  se laissant convaincre par Jean Vilar de rentrer au Théâtre national populaire.
 La comédienne s’illustre par la suite dans des pièces telles que «Le Cid» et «Le Prince de Hombourg».

C’est en jouant une prostituée dans une  adaptation d’« Othello », que le réalisateur Orson Welles la découvre.
Jeanne Moreau passe alors du théâtre au cinéma, où elle joue de petits rôles avant d’être révélée par le cinéaste Louis Malle dans l’ «Ascenseur pour l'échafaud » en 1957 et « Les amants », un an plus tard. Ces deux personnages dramatiques sont un tournant dans la jeune carrière de la comédienne.

Elle obtient très vite des compositions de choix, dont son rôle dans la pièce mise en scène par Peter Brook, « Moderato Cantabile ». Sa prestation lui vaut le prix d'interprétation à Cannes en 1960, à l’âge de 32 ans.

Nouvelle vague

Comédienne fétiche des réalisateurs de la nouvelle vague, Jeanne Moreau tourne pour la caméra de François Truffaut dans « Jules et Jim » (1961), où elle interprète la célèbre chanson « Le tourbillon de la vie », puis sept ans plus tard dans « La mariée était en noir ».
Elle joue également pour Orson Welles dans « Le procès » en 1962. Ce dernier déclare alors qu’elle est « la meilleure actrice du monde ».

L’actrice à la voix grave enchaîne les rôles avec  « Les Valseuses » de Bertrand Blier en 1973, et, en 1991, dans « La Vieille qui marchait dans la mer » de Laurent Heynemann, film grâce auquel elle obtient le César de la meilleure actrice un an plus tard.

Comédienne accomplie au cinéma, elle se consacre alors à la télévision, et apparaît dans de nombreux téléfilms, avant de retourner vers le théâtre, en tant que réalisatrice et comédienne.  

Une actrice saluée internationalement

Bien que se faisant plus rare au cinéma, Jeanne Moreau multiplie les récompenses. L’actrice obtient, en autre, un Lion d'Or pour l'ensemble de sa carrière au Festival de Venise (1991), et un Ours d'Or d'honneur au Festival de Berlin en 2000.

En 2001, l’actrice est la première femme à entrer à l'Académie des Beaux-arts, et reçoit par ailleurs un prix, pour l’ensemble de sa carrière, lors de la 33e cérémonie de Césars.
Jeanne Moreau tourne désormais beaucoup pour de jeunes réalisateurs, dont François Ozon dans « Le temps qui reste » (2005).

Dans « Cet amour-là » de Josée Dayan en 2002, la comédienne  rend hommage à l’acteur italien Marcello Mastroianni. Elle réalise par ailleurs quelques longs métrages, dont « L’adolescente » en 1978.

En 2005, à l’occasion du festival Premiers plans d'Angers, Jeanne Moreau créée sa propre école de cinéma, baptisée "Les Ateliers d'Angers"

En 2009, la comédienne est de retour sur la croisette pour « Visage » de Tsai Ming-Liang, film présenté en compétition officielle.