John Coltrane

John William Coltrane Né(e) le 23 septembre 1926 (90 ans)

Sa biographie

Les premiers pas dans le jazz

Tout comme la plupart des musiciens de jazz, John Coltrane s'initie à la musique au coeur des chants gospel de l'église. C'est à l'Église africaine méthodiste épiscopale Zion, où son père était le Révérend, qu'il commence à se familiariser avec les mélodies.

En 1939, alors qu'il n'a que douze ans, il commence à apprendre différents instruments, dont la clarinette et le saxophone alto. Il devient ensuite clarinettiste dans un ensemble religieux puis, à l'âge de 15 ans, en 1942, intègre le groupe musical de son école, le collège de High Point, en tant que saxophoniste et clarinettiste.

Décidé de devenir musicien de jazz professionnel, John Coltrane va ensuite intégrer l'éco le de musique Orenstein School of Music de Philadelphie en 1943. Puis, il intègre les Granoff Studios pour enrichir ses talents d'artiste et, en 1945 monte pour la première fois sur scène avec le groupe de jazz de Jimmy Johnson, en tant que saxophoniste.

Il va ensuite devenir clarinettiste dans la marine américaine à Hawaï, avant de revenir à Philadelphie vers la moitié de 1945. De retour, John Coltrane décide de poursuivre sa carrière musicale, notamment en tant que saxophoniste de jazz et intègre différents groupes de rhythms & blues et de jazz, dont l'ensemb le de Joe Webb, de King Colax, ou encore le collectif d'Eddie « Cleanhead » Vinson.

En 1948, il rejoint également le groupe de Jimmy Heath à l'alto puis, intègre l'ensemb le de Dizzy Gillespie. Dans les années 40, le musicien fait également la rencontre de Charlie Parker, saxophoniste de jazz américain mais également l'un de ses idoles et en 1951, suite à des retrouvailles artistiques, il décide de quitter Dizzy Gillespie.


L'artiste se découvre

Vers le dé but de s années 50, John Coltrane continue à se produire sur les scènes jazz des bars de Philadelphie. Talentueux, il ne tarde pourtant pas à se faire remarquer et en 1955, il se fait contacter par Miles Davis , un trompettiste de jazz, pour jouer à la place de Sonny Rollins dans sa bande.

Une nouvelle étape très prometteuse pour l'artiste mais, loin de se lancer dans une simple aventure musicale, John Coltrane va également se fondre dans une dépendance à l'héroïne. Il va toutefois participer à divers concerts et enregistrements dans le collectif, si l'on ne cite que les albums « Milestone », « Miles & Coltrane », ou encore « Kind of blue ».

Après que la bande de Miles Davis ait dissout en 1957, le saxophoniste rejoint le quartet de Thelonious Monk. Il ne va pourtant pas y rester longtemps et, après l'enregistrement de l'album « Thelonious Monk with John Coltrane » qui ne sort qu'en 1962, il déploie à nouveau ses ailes.

Entre temps, en 1957, John Coltrane signe un contrat d'enregistrement chez Atlantic Records. Accompagné de quelques musiciens dont le pianiste McCoy Tyner, le batteur Elvin Jones et le bassiste Steve Davis, il sort ainsi son premier album en tant que leader, « Giant steps », en 1960.

S'ensuivent plusieurs albums sous son propre nom, si l'on ne cite que « Olé Coltrane » en 1961, « Bags & trane », ainsi que « My favorite things » dans la même année. Son style, loin d'être un be-bop ordinaire, le fait ainsi démarquer sur la scène du jazz américaine.


Une riche carrière

Vers la fin des années 50, John Coltrane commence également à s'intéresser de plus près aux philosophies orientales et à la culture africaine. Une aspiration qui sera d'ailleurs reflétée dans certains de ses oeuvres.

Suite à une cure de désintoxication intense, il parvient aussi à se détacher de la drogue, notamment avec l'aide de sa femme, Juanita Grubb Naïma et en 1961, il signe un nouveau contrat d'enregistrement chez Impulse!.

S'ensuivent de nouvelles sorties d'albums dont « Africa/Brass » en 1961, « A love supreme » en 1964, ou encore « John Coltrane et Johnny Hartman » en 1965. Désormais leader de sa propre bande, John Coltrane Quartet, John Coltrane sort également l'opus « The John Coltrane Quartet plays » en 1965.

Au cours des années 60, le jazzman collabore aussi avec de nombreux artistes de jazz dont le pianiste et compositeur américain Duke Ellington en 1962, avec lequel il enregistre l'album « Duke Ellington & John Coltrane ».

En 1963, il se sépare de sa femme pour épouser la pianiste Alice McLeod. Un coup de foudre à la fois sentimental et artistique qui, au cours des années qui vont suivre, va donner à John Coltrane une nouvelle aspiration musicale. Lui-même indiquant que ses paroles sont traduites en mélodies.

En 1966 sort un nouvel album studio qu'il baptise « Live at the village vanguard again! » avec le titre « Naïma » à l'honneur. S'ensuivent plusieurs prestations live, dont deux concerts à l'Olatunji center of african culture en avril 1967. Ces derniers seront d'ailleurs gravés sur un album live, dont la sortie se fera chez Impulse! En 2001.

Mais après ces concerts mémorables, John Coltrane commence à se fatiguer. Il continue toutefois de faire quelques apparitions mineures et, le 17 juillet 1967, décède d'un cancer du foie.