Biographie Johnny Watson Guitar

John Watson Jr Né(e) le 3 février 1935 (81 ans)

Sa biographie

Un jeune prodige

Johnny « Guitar » Watson obtient sa première guitare à l'âge de 11 ans. Largement influencé par Clarence « Gatemouth » Brown et par T-Bone Walker, il se penche vers du blues fusionné avec du funk et de la soul. Vers le dé but de s années 50, il commence à participer à de nombreux concours d'amateurs.

Talentueux et passionné, il ne tarde pas à se faire remarquer.

À peine âgé de 15 ans, il parvient à intégrer quelques groupes de blues et de jazz, si l'on ne cite que ceux d'Amos Milburn et de Chuck Higgins. Souvent en tant que guitariste, mais également en tant que chanteur et pianiste, il réussit facilement à se faire une réputation dans les coulisses de la musique.

En même temps, Johnny « Guitar » Watson travaille sa propre musique.

Du blues sous sa forme originelle, avec quelques touches personnelles remplies d'improvisations. En 1953, il sort son premier album intitulé « Gangster of love ».

Produit par le label Keen Records, l'opus ne parvient à percer le succès. La chanson titre étant jugée trop crue, l'album demeure assez discret. C'est seulement en 1957, lorsque le tube fut reproduit par le label King Records, que le succès frappe à la porte de Johnny « Guitar » Watson.


Les années 60 et 70

La Chanson « Gangster of love » réussit à dévoiler les talents de Johnny « Guitar » Watson et parvient à lui faire bénéficier d'une renommée considérable.

Un succès qui sera encore plus grand au cours des années 60, lorsque le jeune talent se confirme auprès de grands noms du monde du blues, de la soul et du jazz.

Il collabore en effet avec des artistes de renom, dont Sam Cooke, George Duke, Herb Alpert, Johnny Otis,Little Richard , Don & Dewey ou encore son ami Larry Williams.

Avec ce dernier chanteur, il sort le titre « Mercy mercy mercy » en 1967. Un tube qui est accueilli avec grand succès. En même temps, Johnny « Guitar » Watson développe son propre style.

En 1963, il sort deux albums dont « I cried for you » et un album éponyme.

Il sort également d'autres opus très blues dont « The blues soul of Johnny Guitar Watson » en 1964 ou encore « In the fats bag » et « Two for the price of one » en 1967. Dans les années 70, Johnny « Guitar » Watson se penche de plus en plus vers une tendance funky.

Son album « Ain't that a bitch », dont particulièrement les titres « Superman lover » et « I need it were taken », fait fondre le public.


Une sortie tragique

En 1980, Larry Williams meurt. Largement affecté par ce décès, Johnny « Guitar » Watson devient un peu plus discret au cours de cette année. Il continue toutefois sa carrière en solo et sort un album qu'il baptise « Love Jones ».

Le musicien met également dans les bacs plusieurs opus au cours des années 80 dont « Johnny 'Guitar' Watson and the family clone » en 1981, « That's what time it is » en 1982, « Strike on computers » en 1984, « Hit the highway » en 1985 et « 3 hours past midnight » en 1986.

En 1992, un album intitulé « Plays misty » fait également son apparition.

Une sortie qui ne sera suivie que deux années plus tard par l'album « Bow Wow ». Ce dernier, composé de sons à la fois funk et R&B, est accueilli avec un succès fou par les fans.

Il est même nommé meilleur album aux Grammy Awards et réussit à faire obtenir un Pioneer Award au guitariste, de la part du Rhythm & Blues Foundation.

La Chanson titre de l'album sera empruntée et adaptée par de nombreux artistes, si l'on ne cite que le rappeurSnoop Dogg .

Dans les années 90, Johnny « Guitar » Watson continue également de faire de grandes tournées dans plusieurs pays.

C'est au coeur de la passion, sur scène, en Yokohama en Japon, qu'il décède le 17 mai 1996, à l'âge de 61 ans.