Biographie Julie Andrews

Julia Elizabeth Wells Né(e) le 1 octobre 1935 (81 ans)

Sa biographie

Une voix exceptionnelle

Julia Elizabeth Wells ou Julie Andrews voit le jour dans le Surrey le 1er octobre 1935. Alors qu’elle est à peine âgée de 5 ans, ses parents, Edward C. Wells et Barbara Morris se séparent. Cette dernière étant professeur de piano se remariera quelque temps plus tard avec un comédien dénommé Ted Andrews.

Il ne faut pas beaucoup de temps pour que le couple d’artistes se rende compte du talent de la jeune fille. En effet, la jeune Julie Andrews possède une voix qui peut atteindre quatre octaves. Par la suite, elle sera poussée par sa mère et son beau père pour suivre une carrière dans la chanson.

La chanteuse en herbe participera dans de nombreuses tournées sur les scènes de Londres dans des productions musicales telles « Le petit chaperon rouge », « Aladin » ou encore « Cendrillon », nous sommes à la fin des années 40.

Quelques années plus tard, Julie Andrews débarque à New York et joue à Broadway dans la comédie musicale de Sandy Wilson intitulée « The boy friend ». La notoriété de la chanteuse va en grandissant tel qu’en 1956, elle est invitée à incarner le rôle principal dans « My fair lady » de Frederick Loewe et Alan Jay Lerner.

Un an plus tard, l’artiste arrive sur le petit écran dans la comédie musicale « Cinderella » créée par Oscar Hammerstein II et Richard Rodgers. Mais ce sera toujours sur scène que Julie Andrews se sentira le plus à sa place, tel qu’elle ne manque pas une occasion pour s’y produire.


Femme, mère, chanteuse et actrice

Parallèlement à sa carrière qui va bon train, Julie Andrews prend le temps de s’occuper de sa vie de femme. En 1959, elle convole en justes noces avec le décorateur Tony Walton. De cette union naîtra une petite fille prénommée Emma.

L’année 1963 marque un nouveau tournant dans la carrière de la chanteuse, lorsque le cinéma lui ouvre ses portes. Les studios Disney ne tardent pas à se manifester pour lui proposer d’incarner le personnage de Mary Poppins.

Le film, réalisé par Robert Stevenson sort sur les écrans en 1964 et raconte l’histoire d’une famille qui fait la connaissance d’une nurse peu ordinaire, Mary Poppins. Mélange d’animation et de prises de vues réelles, « Mary Poppins » permet à Julie Andrews de montrer toute l’étendue de son talent en étant à la fois une chanteuse et une actrice hors-pair.

Par ailleurs, ce rôle lui permettra de décrocher l’Oscar de la meilleure actrice en 1965. Véritable succès cinématographique, le film comprend un bon nombre de morceaux très appréciés dont notamment « Un morceau de sucre » ou encore « The beautiful briny ».

Encouragée par le succès de ce film, Julie Andrews ne tarde pas à retourner devant l’objectif pour tourner dans « La mélodie du bonheur » de Robert Wise. L’histoire se déroule en Autriche, quelque temps avant le début de la Seconde Guerre mondiale.


Toujours en activité

Si le public a tendance à enfermer Julie Andrews dans le rôle de la douce Mary Poppins, l'actrice fera tout pour être considérée à sa juste valeur. Entre quelques tournages, elle se sépare de son premier époux et se remarie avec le réalisateur Blake Edwards en 1969.

Après avoir tourné dans « Darling Lili » en 1970, l'actrice prend alors le temps de s'occuper de sa famille et ne reviendra sous les feux des projecteurs qu'en 1981, dans la comédie intitulée « S.O.B. ».

Un an plus tard, elle marque une nouvelle fois les esprits pour sa prestation dans « Victor Victoria » de Blake Edwards. Dans le film, elle incarne le personnage de Victoria qui est contrainte de se travestir en homme pour pouvoir continuer à gagner son pain dans le monde du music-hall.

« Victor Victoria » est un véritable succès et obtient entre autres le César du meilleur film étranger en 1983. La fabuleuse prestation de Julie Andrews dans ce film musical lui vaudra une nouvelle nomination à l'Oscar de la meilleure actrice.

Les année suivantes se déroulent avec sérénité pour Julie Andrews qui alterne les apparitions au cinéma et sur les planches. Opérée des cordes vocales en 1995, l'actrice est contrainte de dire adieu à la chanson.

Malgré cet événement sombre dans la carrière de la belle, elle continue de tourner dans des films à succès. Ainsi, en 2001, Julie Andrews joue aux cotés de Anne Hattaway dans « Princesse malgré elle » de Garry Marshall.

Trois ans plus tard, elle prête sa voix à la reine Lilian dans « Shrek 2 » et renouvellera l'expérience en 2007 ainsi qu'en 2010 pour les suites des aventures de l'ogre favori des cinéphiles. Appréciant l'expérience des films d'animation, Julie Andrews prêtera également sa voix à la mère de Gru dans « Moi, moche et méchant », l'histoire Gru qui souhaiterait voler la lune.