Biographie Luis Rego

Luis Rego Né(e) le 30 mai 1943 (73 ans)

Sa biographie

D'abord musicien

Luis Rego grandit au milieu d'une famille paysanne avant de passer une autre partie de son enfance à Lisbonne.

Au début des années soixante, Luis Rego arrive à Paris pour fuir le service militaire de son pays natal qui veut l'envoyer en Angola.

Peu après, en 1966, Luis Rego intègre le groupe Les Problèmes aux côtés de Jean Sarrus à la basse, Gérard Filipelli à la guitare solo, Gérard Rinaldi au chant et Jean-Guy Fechner à la batterie.

Les Problèmes ne tardent pas à publier leur premier 45 tour intitulé « Elle a gagné le yoyo en bois du Japon avec la ficelle du même métal ».

Luis Rego, guitariste du groupe est ensuite arrêté pour désertion et retourne au Portugal pour purger sa peine.

Pendant qu'il est en prison, Les Problèmes le dédient une Chanson intitulée « Ballade à Luis Rego, prisonnier politique » qui figure dans l'album « Antoine rencontre les problèmes ».

Par la suite, Les Problèmes délaissent leur nom et changent pour Les Charlots. Ce groupe est le seul groupe français, aux cotés de Telephone à jouer en première partie des Rolling Stones.


Luis Rego crève l'écran

Au bout de plusieurs albums dont « Les Charlots chantent Boris Vian », la formation ajoute une corde à son arc en jouant dans la comédie « La grande Java » réalisée par Philippe Clair qui sort en 1970.

Le film est un succès et encourage Les Charlots à continuer dans le monde du cinéma. À la même période, Luis Rego décroche un petit rôle dans « Le distrait », un film de Pierre Richard.

Après un nouveau succès pour Les Charlots dans « Les bidasses en folie », en 1971, Luis Rego fait cavalier seul et quitte officiellement Les Charlots.

Deux ans plus tard, l'acteur débarque dans le nouveau film de Pierre Richard « Je sais rien, mais je dirai tout ».

Il enchaîne ensuite les rôles au cinéma comme celui de Frantz dans le film de Claude Zidi, « La course à l'échalote ».

L'année 1975, l’acteur fait son entrée au théâtre avec une pièce écrite par lui même « Viens chez moi j'habite chez une copine » ainsi que Didier Kaminka.

Une adaptation cinématographique sort quelques années plus tard dont la réalisation a été confiée à Patrice Leconte.

En 1978, Luis Rego incarne le rôle de Georges Pelletier, surnommé Bobo, animateur d'un club de vacances dans « Les bronzés » de Patrice Leconte.

Il joue également dans d'autres films à succès tels « La course à l'échalote », « Les hommes préfèrent les grosses », « La smala » ou encore « La vengeance du serpent à plumes ».


De nouveaux horizons

Avec plusieurs films au compteur, Luis Rego tente une nouvelle aventure en jouant « l'avocat le plus bas d'Inter » dans l'émission radio « Le tribunal des flagrants délires ».

Ainsi, après l'intervention de Claude Villers, considéré comme le « Président du tribunal imaginaire » et celle de Pierre Desproges ou le « procureur de la République Desproges française », Luis Rego se met à la défense de l'invité de l'émission.

Durant toute la durée de l'émission, de 1980 à 1983, « Le tribunal des flagrants délires » est devenu un incontournable de la radio.

Après cette désopilante aventure, Luis Rego prête sa voix à Fred dans le film d'animation « Le big bang » de Picha sorti en 1984.

Il renouvellera l'expérience à plusieurs reprises notamment dans « L'envers du monde » et « Le croque-note show ».

En 1987, Luis Rego sera derrière la caméra avec le film « Poule et frites » mais le film est un navet et reste la seule expérience de Luis Rego en tant que réalisateur.

En 1989, Luis Rego retourne au théâtre avec « La bonne adresse » de Marc Camoletti. Durant les années qui vont suivre, l'acteur se consacre uniquement à ses rôles dans les longs métrages, tant au cinéma qu'à la télévision.

En 2002, il revient sur les planches avec « Un simple froncement de sourcil » de Ged Marlon et dernièrement dans « La célestine » de Fernando de Rojas.

Par ailleurs, en 2003, Luis Rego joue la voix de René Lamotte dans le film d'animation intitulé « La prophétie des grenouilles » de Jacques-Rémy Girerd.

Trois ans plus tard, il interprète la voix de Machin dans « New délire » de Eric Le Roch.

L'acteur a une fille prénommée Rita qu'il a eu avec l'actrice française Carole Jacquinot.