...and finally, France ! Twelve points !

Il faut remonter plus d’un demi-siècle en arrière pour trouver le premier concours Eurovision. C’était le 24 mai 1956 à Lugano en Suisse. Le concours est créé par Marcel Bezençon, directeur de la société de télévision Suisse, qui s’inspire du modèle à succès du festival de San Remo. Une idée géniale dans un contexte où les télévisions naissantes cherchent des émissions nouvelles pour enrichir leurs programmes.

Marie Myriam Eurovision 1977 Polydor
1/2

La première édition

Ainsi nait « le Grand Prix Eurovision de la Chanson Européenne 1956 », diffusé dans toute l’Europe par l’UER, l’Union Européenne de Radio-télévision. L’objectif n’est pas du tout de donner sa chance à un artiste débutant, chaque pays participant dispose d’une totale liberté sur le choix de son candidat. Des pays, pour cette première édition, il y en a sept : les Pays-Bas, la Suisse, la Belgique, l’Allemagne, la France, le Luxembourg et l’Italie, présentant chacun deux chansons. Pas de vote du public à l’époque, chaque pays présentait deux juges qui étaient chargés de donner des notes. La Suisse remporta cette première édition avec Lys Assia et sa chanson « Refrain ».


Le succès au rendez-vous

Après le succès de la première émission, l’Eurovision s’inscrivit de façon durable dans le paysage audiovisuel. Dès 1957, avec l’arrivée de 3 nouveaux candidats, chaque pays ne présenta qu’une seule chanson. Elle devait être interprétée dans l’une des langues nationales, une règle abandonnée dans les années 70, puis réintroduite à la fin du siècle dernier, avant d’être abandonnée. Aujourd’hui le choix de la langue est libre, d’où la prédominance de l’anglais.


Des règles qui évoluent

Au fil des années, avec l’augmentation incessante du nombre de nations candidates et l’arrivée des pays de l’est, les règles ont dû être adaptées pour limiter le nombre de finalistes et des votes interminables. Une demi-finale est introduite en 2004, et une deuxième en 2008. Des critères géopolitiques sont ajoutés pour limiter le soutien systématique entre pays voisins. Seuls les pays ayant reçu le plus de points par le vote du public et par un jury de professionnels peuvent aller en finale. Sont automatiquement qualifiés chaque année : la France, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Allemagne et le pays victorieux l’année précédente.


... et en 2010 ?

La France qui n’a pas gagné le concours depuis "L’Oiseau et l’enfant" de Marie Myriam en 1977, est représentée cette année par Jessy Matador et son titre « Allez Ola Olé ». N’y voyez aucune allusion à la corrida, c’est bien de football dont on parle, avec ce triple objectif : faire vibrer l’Eurovision, emmener la chanson en Afrique du sud pour la coupe du monde, et en faire le tube des discothèques cet été. Objectif très ambitieux…

AK

Les sites du concours Eurovision... suivez ce lien pour les anglophones, et celui-ci pour les francophones

Marie Myriam - Les dernières actus