Starmania : 5 choses à savoir sur le spectacle musical

« Starmania » est sans aucun doute l’une des plus grandes comédies musicales françaises. Retour, en cinq anecdotes, sur le spectacle, devenu légendaire, créé par Michel Berger et Luc Plamondon.

Starmania © MD
« Starmania » a été adapté en anglais

L’opéra-rock « Starmania », créé par Michel Berger et Luc Plamondon en 1978, est un tel succès qu’il est adapté en anglais en 1992, sous le nom de « Tycoon ». C’est Tim Rice qui se charge de l’adaptation des paroles des chansons. Pour l’occasion, il fait appel aux plus grands artistes internationaux pour interpréter les morceaux de l’album, sous l’aval de Berger et Plamondon. Ainsi, c’est Céline Dion qui est choisie pour chanter « Ziggy », Kim Carnes pour « Working Girl » (« La complainte de la serveuse automate ») et Peter Kingsbery pour « Only the Very Best » (« SOS d’un terrien en détresse »). Une reprise marque particulièrement les esprits, celle de Cyndi Lauper pour « Le Monde est stone », devenu « The World Is Stone » en anglais.

L’opéra-rock a lancé la carrière de Daniel Balavoine

« Starmania » voit le jour après trois ans d’écriture. Michel Berger et Luc Plamondon font appel à des vedettes de l’époque comme France Gall, qui joue Cristal, Diane Dufresne pour le rôle de Stella Spotlight ou Claude Dubois pour Zéro Janvier. Pour interpréter Johnny Rockfort, rôle titre du spectacle, ils choisissent un jeune chanteur, Daniel Balavoine. C’est la révélation. À la même période, en 1978, l’artiste sort l’album « Le Chanteur », dont le morceau éponyme deviendra l’un de ses cinq plus grands tubes.

« Starmania » est inspiré de faits réels

La comédie musicale traite de terrorisme et de totalitarisme. Pour l’écrire, Michel Berger et Luc Plamondon se sont inspirés de plusieurs faits réels, notamment de l’histoire de Patricia Hearst. Petite-fille d’un magnat de la presse américaine, « Patty » Hearst est enlevée à 19 ans par un groupe terroriste d’extrême gauche. Elle participera ensuite à leurs actions. L’opéra-rock fait aussi référence au syndrome de Stockholm, lorsque des otages développent une certaine empathie pour leurs geôliers, ainsi qu’à la bande à Baader, une organisation terroriste d’extrême-gauche allemande.

L’un des CD les plus vendus en France

« Starmania » est aujourd’hui encore, l’un des dix albums les plus vendus en France. Grâce à des tubes devenus cultes, tels « Les Uns contre les autres », « Le Monde est stone » ou « Le Blues du businessman », le disque devient double album d’or en France. Il se classe aussi numéro 1 des ventes au Canada. Au total, 2,2 millions d’exemplaires seront vendus en France.

« Starmania » a révélé plusieurs chanteurs québécois

L’opéra-rock va connaître plusieurs versions, entre 1978, date de sa création, et 2001. En 1993, au théâtre Mogador à Paris, une troisième version du spectacle est dévoilée au public, avec les artistes québécois Isabelle Boulay et Bruno Pelletier. Tous deux connaîtront ensuite une très belle carrière.

Michel Berger - Les dernières actus