Top 10 des chansons les plus hot de la chanson française

Double lecture ou texte direct et cru, les artistes français se montrent parfois canailles. Zoom sur les 10 chansons les plus hot de la chanson française.

Retour sur la chanson culte de Michel Polnareff "Goodbye Marylou © getty images

1- "Déshabillez-moi" (1967) de Juliette Gréco

En 1967, Juliette Gréco entonne une chanson tout en sensualité et au titre provocateur : "Déshabillez-moi". Cette chanson à la volupté palpable est initialement écrite pour une strip-teaseuse. Mais son auteur rompt avec la jeune femme et propose à Juliette Gréco de l’interpréter. Pour "la rendre moins salace", la chanteuse ajoute à la fin "Et vous... déshabillez-vous !" D'abord censurée et boycottée par les radios, la chanson devient un tube en 1968. Elle est reprise par de nombreux artistes, dont Mylène Farmer en 2006.

2- "Les sucettes à l'anis" (1966) de France Gall

Du haut de ses 18 ans, la jeune France Gall chante innocemment "Annie aime les sucettes, les sucettes à l'anis". Une chanson à double lecture. Une première lecture très innocente racontant les aventures d'une petite fille aimant les douces friandises anisées. Pourtant Serge Gainsbourg, l'auteur de cette chanson, réserve une seconde interprétation, beaucoup plus adulte. Quand France Gall comprend ce double sens, elle dit "se sentir humiliée" et en veut beaucoup à Serge Gainsbourg qui, lui, s'amuse de la naïveté de la jeune chanteuse.

3- "Fruit de la passion" (1994) de Francky Vincent

Le chanteur antillais connu pour ses chansons grivoises revient en 1994 avec sa chanson "Fruit de la passion". Aucun doute possible quant au sens des paroles. Son refrain entêtant "Vas-y Francky c'est bon" est chanté par des choristes très enthousiastes. Un titre qui donne chaud à la France durant de nombreuses semaines. "Fruit de la passion... Décidément c'est dément !"

4- "Goodbye Marylou" (1990) de Michel Polnareff

En 1990, Michel Polnareff raconte ses échanges érotiques par Minitel avec une certaine Marylou. Un texte explicite qui parle de la dimension sentimentale et sensuelle de l'amour à distance. Un choix osé mais qui n'a rien d'étonnant quand on connaît le goût pour la provocation de l'artiste ! D'ailleurs l'album dont est tiré ce titre s'appelle "Kama Sutra". Tout un programme ! Pascal Obispo reprend ce titre en 2004.

5 - "Je t'aime... moi non plus" (1967) de Serge Gainsbourg et Jane Birkin

À l'origine, Serge Gainsbourg écrit cette chanson pour Brigitte Bardot. Le mari de cette dernière voit rouge et interdit la diffusion du morceau. Réaction plus que compréhensible quand on sait que Brigitte Bardot et Serge Gainsbourg ont une aventure, alors que Brigitte Bardot est mariée ! C'est donc avec Jane Birkin que le chanteur interprète cette chanson en râles et en sensualité. "Je t'aime... moi non plus" est un véritable scandale et est censuré dans plusieurs pays. Ce qui accroît d'autant plus son succès.

6- "Ma petite entreprise" (1994) d'Alain Bashung

À la première écoute, vous pourriez croire que cette chanson d'Alain Bashung parle des affaires d'une société et de son dirigeant. Mais en écoutant plus attentivement, "Ma petite entreprise" parle d'une femme "épanouie (qui) exhibe des trésors satinés, dorés à souhait". Une chanson qui s’interprète de plusieurs manières... Malgré un vocabulaire qui tourne autour de l'économie, une phrase fait basculer l'interprétation de cette chanson dans un registre plus érotique. "Et mes doigts de palper, palper là cet épiderme. Qui fait que je me dresse". Ce titre fait partie des nombreux tubes de l'artiste disparu en 2009.

7- "69, année érotique" (1969) - Serge Gainsbourg

Serge Gainsbourg prouve encore une fois son génie pour l'écriture avec une chanson hautement érotique, comme l'évoque ce titre. Il l'interprète avec Jane Birkin qu'il vient tout juste de rencontrer. Malgré son titre provocateur, cette chanson parle autant de plaisirs charnels que d'amour. "Ils s'aiment et la traversée durera toute une année". Serge Gainsbourg relève le défi d'écrire un morceau hot et romantique à la fois.

8- "Je veux du cuir" (1985) d'Alain Souchon

En 1985, Alain Souchon crie haut et fort qu'il veut du cuir. "Amenez les jarretelles, les bas résille, les sexy dentelles, les talons aiguilles". Le chanteur, longtemps considéré comme un doux rêveur romantique, dévoile avec cette chanson un aspect plus viril et sensuel. Le titre côtoie les plus grands tubes de l'artiste sur l'album "C'est comme vous voulez".

9- "Madame rêve" (1991) d'Alain Bashung

"Madame rêve d'atomiseurs et de cylindres si longs qu'ils sont les seuls qui la remplissent de bonheur". Pendant 5'30 minutes, Alain Bashung chante de sa voix suave l'onanisme féminin. Cette chanson hautement érotique sera un des tubes de l'année 1991. Ce texte langoureux est repris par plusieurs artistes tels que -M-.

10- Fernande - Georges Brassens

Plus connu pour ses chansons engagées, Georges Brassens chante un titre sans aucune ambiguïté possible : "Fernande". L'auteur et interprète français a pour habitude de conter de jolies histoires poétiques. Mais cette fois, l'affaire se situe en dessous de la ceinture. La vue de Fernande, Félicie ou Léonore, met en émoi les parties les plus intimes du chanteur. Cette chanson fait scandale, ce qui amuse beaucoup l'agitateur.

Michel Polnareff - Les dernières actus