Biographie Mike Oldfield

Mike Oldfield Né(e) le 15 mai 1953 (63 ans)

Sa biographie

« L'Exorciste »

Né le 15 mai 1953, Mike Oldfied passe son enfance à Reading en Grande Bretagne.
Son père, lui-même passionné de musique et issu d'une famille de mélomanes, lui achète sa première guitare alors qu'il n'a que 7 ans.
Le jeune Mike développe une personnalité très introvertie et trouve refuge dans la pratique de cet instrument.

C'est en 1967 que lui et sa sœur forment Sallyangie, un premier groupe aux sonorités folks. A la séparation de la formation, il rejoint les membres de « The Whole Lord » et signe avec eux le disque « Shooting at the Moon » en 1970.

Il est alors repéré par le fondateur de Virgin, Richard Branson, qui en fait le premier artiste du label. Mike Oldfield enregistre cette fois-ci en solo « Tubular Bells », un album de musique instrumentale qui lance sa carrière d'artiste.

L'un des morceaux de l'album est d'ailleurs repris pour la bande originale du film « L'Exorciste », lui offrant une popularité outre-Atlantique.
Le titre s'installe même, en février 1974, à la septième position du classement Billboard.


« Moonlight Shadow »

Mike Oldfield enchaîne alors les albums à succès avec « Hergest ride » en 1974 et « Ommadawn » un an plus tard. Mais le compositeur décide de rompre avec ses influences expérimentales et de se tourner vers une musique plus disco, comme en témoignent les albums « Incantations » (1978) et « Platinium » (1979).

En 1983, il revient sur le devant de la scène avec l'album « Crises ». S'y trouve le célèbre morceau « Moonlight Shadow », interprété par la chanteuse Maggie Reilly.

Désormais, le musicien invite de nombreux interprètes à chanter sur ses compositions, dont Jon Anderson, le chanteur de Yes , présent sur le morceau « Shine », ou Bonnie Tyler sur le titre « Islands » en 1987.

Par ailleurs, Mike Oldfield se consacre de plus en plus à la vidéo. Projetant déjà à ses débuts des images en arrière plan de ses prestations, le compositeur se lance dans la réalisation des vidéos clips de « Pictures in the dark » et « Shine ».


Un retour aux sources

Au début des années 1990 et après une parenthèse plus pop, Mike Oldfield se recentre sur une musique plus élitiste, avec des longues parties instrumentales.

D'où le nom de son nouvel album, « Tubular Bells II » (1992), en rappel de son premier opus plus rock que les suivants.
Produit par Trevor Horn, qui a déjà collaboré avec le groupe Yes et The Buggles , l'album se classe au sommet des classements britanniques.

Désormais chez Warner, Mike Oldfield continue dans cette voie avec les albums « The Song of Distant Heart » (1994) ou « Voyager » (1996), ajoutant des sonorités plus électroniques.

En 2002, l'artiste revient à la vidéo avec l'album « Tres Lunas », qui comporte un CD audio accompagné d'un CD-Rom contenant un jeu vidéo et des musiques inédites.

L'opus marque également un  retour de l'artiste à la musique de ses débuts. 

En 2003, le 30e  anniversaire de « Tubular Bells » est célébré par la parution de « Tubular Bells 2003 », une réinterprétation et un réenregistrement de la partition originale.
Le « Tubular Bells » d'origine fait par ailleurs l'objet d'une réédition remasterisée, disponible en formats CD et DVD.


Une évolution contrastée

En 2005, après avoir signé chez Mercury, Mike Oldfield  sort le double album « Light + Shade ». Il continue l'évolution vers des instrumentaux plus courts, influencés par la dance, et laisse sceptique une partie du public. 

En mai 2007, Mike Oldfield publie « Changeling », une autobiographie où il raconte ses traumatismes de jeunesse, ses relations avec sa famille affectées par la maladie de sa mère, ainsi que le début de sa carrière musicale jusqu'en 1979. Il aborde les troubles psychologiques dont il a souffert pendant son adolescence et relate la thérapie de groupe qu'il a suivie en 1978 pour y mettre fin.
« Music of the Spheres » sort en mars 2008. Cet album de musique symphonique est suivi par un concert au Musée Guggenheim de Bilbao. 

Mike Oldfield participe à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Londres le 27 juillet 2012. Les morceaux qu'il interprète sont deux extraits de son album mythique « Tubular Bells ». 

Le 11 février 2013, le musicien anglais sort un album de remixes. Fruit d'une collaboration avec York (un duo de producteurs allemands), le projet intitulé « Tubular Beats » est composé de onze titres parmi plus emblématiques de la carrière de Mike Oldfield, « Tubular Bells », « Moonlignt Shadow », « To France » ou encore « Guilty » en version électro.

Les dernières actus de Mike Oldfield

Mike Oldfield