Millie Jackson

Mildred Jackson Né(e) le 15 juillet 1944 (72 ans)

Sa biographie

Premiers essais

Millie Jackson est née le 15 juillet 1944 dans la ville de Thomson, Georgie. Issue d’une famille très humble, elle perd sa mère alors qu'elle n'est encore qu'une enfant. C'est donc son père, métayer qui s'occupe de son éducation.

Après avoir habité à Newark, New-Jersey, Millie Jackson part vivre auprès de sa tante, à Brooklyn, New-York. Pour gagner sa vie, elle pose régulièrement pour les magazines Sépia ou Jive.

Les débuts de Millie Jackson se font d'abord timidement étant donné qu'elle se produit dans des petites scènes avant de participer à un concours de chant à Harlem. Sortant gagnante du concours, elle décroche un contrat auprès de la MGM Records.

Sa carrière professionnelle débute ainsi en 1969 avec le titre « A little bit of something » mais ne cartonne pas dans les charts.

Le vrai décollage arrive enfin en 1971, lorsqu’elle signe avec Spring Records qui marque également le début de sa collaboration avec le producteur Brad Shapiro.


Artiste innovante

Millie Jackson sort le single « A child of God (It's hard to believe) » qui se classe à la 22e place du R'n'B Chart. Un an plus tard, elle enchaîne avec « Ask me what you want » qui se classe dans le top ten du classement R'n'B suivi de « My man, a sweet man ».

Par la même occasion, Millie Jacskon sort son premier album éponyme avec une dizaine de titres. Le succès de la chanteuse monte d'un cran avec « Hurts so good » qui arrive à la 24e position au sein du Billboard Hot 100.

Après la sortie de deux autres albums en 1973, la chanteuse sort « Caught up » dont est extraite la Chanson « (If loving you is wrong) I don't want to be right ». Cette Chanson parle d'un amour adultère où les deux amants ont du mal à se défaire de la relation tout en sachant que ce qu'ils font n'est pas moral.

Chanson phare de l’album, le titre lui a permis d'obtenir deux nominations aux Grammy Award. Millie Jackson a apporté un style nouveau dans son album « Caught up » notamment dans sa manière de chanter qui ne diffère pas loin du rap.

Par ailleurs, « (If loving you is wrong) I don't want to be right » a été interprétée par un bon nombre d'artistes comme Rod Stewart, Tom Jones, Percy Sledge ou encore Cassandra Wilson.


Artiste comblée

Suite au succès de « Caught up », Millie Jackson revient un an plus tard avec « Still caught up » soutenue par les studios Muscle Shoals. Les années suivantes, elle continue de sortir de nouveaux singles qui ne manquent pas de se classer en bonne position du classement R'nB Top 100 Singles ainsi que du Top Black Singles de Spring Records.

C'est le cas des titres tels « Leftovers », « If you're not back my monday », « Sweet music man » ou encore « Never Change loves in the middle of the night ».

Durant les années 80, Millie Jackson continue de sortir de nouveaux albums dont « E.S.P. (Extra Sexual Persuasion) » qui contient neuf titres dont entre autres « Too easy being easy », « Sexercise » ou « This girl could be dangerous ».

Trois albums supplémentaires paraissent après « E.S.P. (Extra Sexual Persuasion) », puis Millie Jackson débute les années 90 avec « Young man, older woman ».

Actuellement, la chanteuse a son propre label, le Weird Wreckuds sous lequel elle sort l'album « Not for church folk », en 2001. Ce dernier comporte treize titres dont « In my life » en featuring avec le rappeur Da Brat mais également « Leave me alone » ou encore « Trying 2 get U back ».

Le talent se transmet sans doute de mère en fille avec Millie Jackson étant donné que sa fille Keisha Jackson, est également une fameuse chanteuse de R'n'B.