Miriam Makeba

Zenzi Makeba Né(e) le 30 novembre 1931 (84 ans)

Sa biographie

L’exil

En 1932, Zenzi Makeba, de son vrai nom, voit le jour en Afrique du sud. Son père décède alors qu’elle n’a que 5 ans et en 1947 son pays plonge dans la violence. C’est le début de l’apartheid.

A 20 ans, Zenzi Makeba vit seule avec sa mère et sa fille. Elle tente de survivre par tous les moyens en se faisant engager comme bonne d’enfants ou laveuse de taxis. Par le plus grand des h Asa rds elle commence à chanter avec le groupe Cuban Brothers.

L’artiste devient ensuite choriste des Manhattan Brothers (1952). C’est d’ailleurs à cette époque quelle prend son nom de scène, Mir IAM. Si la notoriété arrive rapidement, la chanteuse n’oublie pas de parler de l’apartheid.

En 1960, Mir IAM Makeba est contrainte de quitter son pays à cause de sa participation au film anti-apartheid « Come Back ». Son exil durera 31ans, lui empêchant même d’assister aux obsèques de sa mère l’année de son départ vers les Etats-Unis.


Le tube « Pata, Pata »

1967 est l’année du succès. La chanteuse se fait mondialement connaître grâce au tube « Pata Pata ». Le morceau sera d’ailleurs repris en français par Sylvie Vartan ("Tape, Tape" 1980).
Deux ans plus tard, à cause de son mariage avec un militant des droits civils, elle est obligée de quitter les Etats-Unis pour la Guinée.

La jeune femme ne revient en Afrique du sud qu’après la libération de Nelson Mandela (1990).

Mir IAM Makeba
continue cependant  la musique, elle chante en tswana, en zhoxa ou encore en  zoulou. Ses textes appellent à la paix et à la liberté. Véritable symbole de l’anti-apartheid, la chanteuse rêve depuis toujours d’une Afrique unie. Elle s’illustrera d’ailleurs avec les albums : « Sing me a song » (1993) « Mama Africa » (2000), ou encore « The definitive collection » (2002).

Le 9 novembre 2008, après un concert de soutien à l’écrivain Roberto Saviano traqué par la Mafia, elle s’éteint à Naples. Mir IAM Makeba avait 76 ans.