Mouloudji

Marcel Mouloudji Né(e) le 16 septembre 1922 (94 ans)

Sa biographie

Marcel Mouloudji est né d’un père kabyle agriculteur et d'une mère française. En 1935, il rencontre Sylvain Itkine, metteur en scène du Groupe Octobre, une troupe de théâtre, laquelle lui donne le goût du monde artistique. Il fait une première apparition au cinéma dans le film « Les disparus de Saint-Agil » alors qu’il n’a que seize ans.

Il écrit son expérience d’artiste dans le livre Enrico en 1945. Pour celui-ci, il reçoit le prix de la Pléiade. Aussi, il chante dans des cabarets.

Il réapparaît dans des films comme Henri Calef en 1949 ou encore Nous sommes tous des assassins trois ans plus tard. Ses derniers rôles, il les fait dans Rafles sur la ville de Pierre Chenal puis dans Llegaron dos hombres en 1958.


Tubes musicaux

Car Mouloudji fait une rencontre décisive, celle de Jacques Canetti, célèbre agent artistique. Il lui propose d’enregistrer « Comme un p'tit coquelicot » grâce auquel Mouloudji obtient le Grand Prix du disque 1953 et le Prix Charles-Cros en 1952 et 1953. Il persiste et signe avec « Un jour tu verras » l’année suivante.

Mouloudji a une vie privée mouvementée. Marié avec son agent artistique, Louise Fouquet, mais a deux enfants, Grégory et Annabelle, avec deux autres femmes, respectivement Lilia Lejpuner et Nicole Tessier, avant d’avoir une aventure avec Lilianne Patrick.


La mort en 1994

Après avoir enregistré un disque avec l’accordéoniste Marcel Azzola en 1976 nommé « Et ça tournait », il sort « Inconnus inconnues » grâce auquel il part en tournée dans tout le pays. Harassé, il décide de consacrer plus de temps à l’écriture et à la peinture.

Il perd en partie sa voix à cause d’une pleurésie en 1992 mais travaille tout de même un nouvel album. Finalement, il décède le 14 juin 1994 et est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris.