Niagara : le parcours du groupe pop rock français

Véritable machine à tubes des années 80, la formation culte a marqué les esprits avec « L'amour à la plage » ou « Tchiki Boum ». Retour sur la destinée de deux surdoués.

Niagara (picto) © Getty images

Niagara : leurs débuts

Muriel Moreno et Daniel Chenevez se rencontrent à Rennes, au tout début des années 80, en fréquentant le milieu estudiantin et musical. En 1982, la paire forme le groupe L'Ombre jaune, avec Muriel Moreno au chant, Daniel Chenevez aux claviers et leur ami José Tamarin à la guitare. Intégrés dans la scène rock rennaise, ils se produisent un peu partout dans la région et dans divers festivals. Dès 1984, le trio se rebaptise Niagara, en référence au film éponyme d'Henry Hathaway de 1953, avec Marilyn Monroe.

Niagara : l'explosion « Tchiki Boum »

En 1985, le groupe se présente au concours breton de l'opération « Coup de talent dans l'Hexagone », organisé par le ministère de la Culture. Sélectionné par le jury, Niagara est alors signé par Polydor et a enfin l'opportunité d'enregistrer un premier single 45 tours baptisé « Tchiki Boum ». La chanson, sur laquelle Étienne Daho officie en tant que choriste, devient l’un des tubes de l'été et entre au Top 50. Elle devient l’un de leurs plus grands succès.

Niagara : l'opus de tous les tubes

« Tchiki Boum », d'abord sorti en single, trouve sa place en 1986 sur le premier disque du groupe, « Encore un dernier baiser », qui abrite également deux autres pépites : « L'amour à la plage » et « Je dois m'en aller ». Avant même sa sortie, José Tamarin décide de quitter l'aventure, laissant Moreno et Chenevez aux manettes.

Niagara : un style à part

Le duo se forge petit à petit une esthétique bien reconnaissable. Muriel Moreno s'installe dans un rôle de chanteuse sexy dans la veine du personnage de BD Barbarella, tandis que Daniel Chenevez se charge de donner une cohérence artistique à leur production, qu'il s'agisse de réaliser lui-même les clips vidéo ou de gérer les arrangements ou la production des disques.

Niagara : plus de rock

Après un deuxième album baptisé « Enfer », sorti en 1988, le groupe se dirige pour son troisième opus vers des chansons plus engagées, portées par des sons rock, laissant de côté les influences afro-caribéennes de leurs premières moutures. Leur troisième CD, « Religion », sort en 1990, inspiré de groupes comme Led Zeppelin, et abordant des thèmes profonds voire polémiques.

Niagara : le temps des solos

Leur dernier opus, « La vérité », sort en 1992. Artistes complets, Muriel Moreno et Daniel Chenevez ont chacun envie de suivre leur propre chemin artistique et décident de se séparer. Au total, ils auront fait quatre albums, tous certifiés disques d'or. En 2002, Niagara en recevra même un cinquième pour « Flammes », compilation comprenant 18 titres remasterisés, qui se vendra à plus de 100 000 exemplaires en France.

Niagara - Les dernières actus