Biographie Nilda Fernandez

Daniel Fernandez Né(e) le 27 octobre 1957 (59 ans)

Sa biographie

Un destin tracé dans l'art

Originaire de l'Andalousie, Nilda Fernandez grandit à Lyon, sous les souffles culturelles de la France. Alors qu'il n'est encore qu'un enfant, il sait déjà ce qu'il veut faire de sa vie. Musicien, écrivain, ou encore comédien, il n'est pas question pour lui d'emprunter un autre chemin que celui de l'art.

Il entame ainsi ce grand projet en travaillant le flamenco en Espagne puis, il fait également un pas dans la littérature, en enseignant l'espagnol pendant une certaine période. Inspiré, Nilda Fernandez décide ensuite de fusionner les mots et la musique et, après avoir composé ses premiers titres, il commence à arpenter les petites scènes de Toulouse et de Lyon vers la fin des années 70.

Guitare à l'espagnol, mais chant à la française, Nilda Fernandez parvient facilement à attirer l'attention du public. Il fut ainsi logique pour l'artiste de ne pas faire marche arrière et, en 1981, envoie une démo au label Pathé Marconi.

Acoustique délirant et paroles d'artiste, ce dernier fut immédiatement conquis et fait signer Nilda Fernandez pour l'enregistrement d'un premier album. Intitulé « Le bonheur comptant », ce dernier débarque dans les bacs en 1981, sous le nom de Daniel Fernandez.

Il ne parvient cependant pas à susciter le réel intérêt du public et passe presque inaperçu sur le plateau musical, que ce soit en Espagne ou en France. Nilda Fernandez fut alors contraint de revenir dans les petites salles de France pour promouvoir sa musique.

C'est seulement dix ans plus tard, en 1991, qu'il va se propulser au sommet du succès avec un deuxième album, « Nilda Fernandez ».


Le premier album éponyme

À peine arrivé dans les bacs, « Nilda Fernandez » fait déjà grand bruit sur les ondes françaises et espagnoles. Notamment avec les titres « Madrid Madrid » et « Nos fiançailles » à l'honneur, l'album suscite largement l'intérêt du public et permet à l'artiste de débarquer sur le tapis rouge musical.

« Nos fiançailles » devient même un classique des ondes locales et Nilda Fernandez, dont la voix s'est fabuleusement démarquée sur les sons de guitare à l'espagnol, remporte le titre de Meilleur espoir masculin aux Victoires de la musique de 1992.

D'autres titres de l'album, si l'on ne cite que « Entre Lyon et Barcelone » et « L'invitation à Venise », font également fureur auprès des fans et permettent à l'opus de s'écouler à plus de 300 000 exemplaires. Dans la même année 1992, « Nilda Fernandez » remporte d'ailleurs de Grand Prix de l'Académie Charles-Cros. Une couronne méritée pour l'artiste.

Encouragé par ce premier succès, Nilda Fernandez enchaîne avec de nombreux titres dans les années 90. En 1993, il dévoile entre autres les titres « Marie-Madeleine » et « Sinfanaï retu », qui seront inclus dans un nouvel album éponyme dans la même année.

Dans la foulée, il dévoile également un premier album live « Compiègne » puis, en 1997, l'opus « Innu nikamu » se retrouve dans les bacs.

Nilda Fernandez décide ensuite d'emprunter les textes de Federico García Lorca sur l'album « Castelar 704 » en 1999 et, va également mettre à l'honneur les titres de grands artistes comme Barbara , o Ferr é, ou encore Jane Birkin dans l'opus « Mes hommages » sorti en 1999 toujours.


Un grand artiste

Loin de se résumer en divers enregistrements, la carrière de Nilda Fernandez constitue également un véritable tableau de spectacles. Guitare à la main, cheveux longs et allure d'artiste, ce musicien tantôt français, tantôt espagnol se démarque par ses prestations live métissées.

Déjà après la sortie de son premier album éponyme, il sillonne déjà la grande scène du Festival des Francofolies de la Rochelle. Il enchaîne avec un show émouvant à Paris, au Théâtre de la Renaissance, en 1992. Puis, accompagné de grands musiciens, si l'on ne cite que le contrebassiste Giovanni Pietro Cremonini, le clarinettiste Jean-Luc Teilhon, ou encore l'accordéoniste Alejandro Barcelona, il va arpenter la grande scène de l'Olympia en 1993.

Suivront d'innombrables concerts en France, mais aussi dans d'autres pays. Notamment après la sortie d'un album best of en 2000 et une collection privée de 3 CDs dans la même année, l'artiste va sillonner les scènes de la Belgique, de Russie, de Moscou, de Cuba, ou encore celles de la Suisse.

Lorsque l'on par le de Nilda Fernandez, on ne peut non plus ignorer les talents d'écrivain de cet artiste. Car tombé d'amour pour les mots depuis toujours, ce musicien à grande âme n'a pas pu s'empêcher de mettre à l'écrit ses inspirations. Ce qui va donner naissance à deux livres: « Ça repart pour un soliloque » en 1995 et « Les chants du monde, carnet de notes » en 2007.

Nilda Fernandez, doté d'inspirations intarissables, revient également en studio en 2009 pour un nouvel album éponyme. Le troisième opus « Nilda Fernandez » de l'artiste débarque ainsi dans les bacs en 2010.