Paul McCartney : jaloux de John Lennon ?

Le musicien s'est confié au cours d'une longue interview pour Esquire. L'occasion d'évoquer son ancien camarade des Beatles avec une grande sincérité.

paul-mccartney © Cover Media
A 73 ans, Paul McCartney n'a désormais plus rien à prouver. Entre le succès planétaire et mythique des Beatles et sa non moins fructueuse carrière solo, il a tout vu, et tout connu. Alors qu'il parcourt le monde depuis plus de deux ans, sa tournée « Out There » s'achèvera le 31 juillet prochain à Chicago. L'occasion de faire le bilan sur sa carrière, mais aussi celle de son ancien groupe, qui l'a propulsé au rang de superstar.

Les Beatles, indétrônables ?

« Nous sommes arrivés dans une période très riche, a expliqué Paul McCartney. Mais n'oublions pas, ces quatre mecs étaient pu***n de bons. Ce n'était pas seulement la période. Citez moi un autre groupe de quatre mecs, ou de quatre filles, qui a ce que les Beatles avaient. Le talent, l'intelligence, l'esprit acerbe de Lennon, les mélodies de McCartney, la spiritualité d'Harrison et l'excellence de Ringo à la batterie, ainsi que son fun. » Lucide bien que bon joueur, il souhaite aux nouvelles générations du courage pour arriver au niveau de son ancien groupe. « Tout ce bruit que l'on a fait, c'était seulement grâce à quatre personnes qui jouaient. On est arrivés au bon moment. On a écrit de trucs plutôt super bons, notre propre musique. Nous n'avions pas de compositeurs. Est-ce que ça pourrait encore arriver ? Je ne le sais pas. Je souhaite bonne chance aux gens, mais j'ai l'impression que non. »

Frustré par John Lennon

Paul McCartney est également revenu sur l'assassinat de John Lennon en 1980. « Il a l'air cool », s'est-il tout d'abord souvenu avoir pensé lors de leurs premières rencontres. Plus de vingt ans plus tard, c'est un autre sentiment qui a vu le jour chez le Britannique. « Les Beatles s'étaient séparés, et nous étions tous à peu près égaux. George avait fait son disque, John le sien, moi je mien, Ringo le sien. (...) Quand John s'est fait assassiner, à côté de toute l'horreur de la chose, ce qui revenait, c'était "Ok, maintenant John est un martyr. Un JFK", a expliqué le chanteur. Donc ce qui s'est passé, c'est que j'ai commencé à me sentir frustré, parce que les gens ont commencé à dire, "Lui, c'était Les Beatles." Oui, John était le spirituel, c'est clair. John a fait pas mal de super boulot, oui. Et après les Beatles, il a continué à en faire, mais il a aussi fait des choses pas terribles. » Un malaise renforcé par les déclarations de Yoko Ono, qui déclarait alors que John Lennon faisait tout le boulot dans le groupe. « "Tu sais quoi, va te faire f***re, chérie ! Tout ce que j'ai fait, c'est réserver le put**n de studio ?", lui a répondu Paul McCartney. Heureusement, maintenant les gens connaissent la vérité. Mais ça a fait partie du truc. il y a beaucoup de révisionnisme. »

©Cover Media

Paul McCartney - Les dernières actus