Biographie REM

REM Né(e) le 30 novembre 1978 (38 ans)

Sa biographie

Les débuts

Leur carrière est alors dirigée par Jefferson Holt, disquaire de métier qui a été séduit par le premier concert donné par le groupe à l'occasion d'une fête d'anniversaire.

Pour R.E.M., le succès est tout de suite au rendez-vous. La troupe enchaîne les dates de concert et le groupe effectue une grande tournée dans le sud du continent américain.

Malgré tout, les membres de R.E.M. ne vivent pas dans le luxe. Ils se déplacent dans un vieux minibus et doivent rationner leurs vivres. Pendant les vacances d'été 1981 – une année inoubliable pour le groupe –, R.E.M. effectue son tout premier enregistrement.

Il s'agissait du single intitulé « Radio free Europe » réalisé au sein de Drive-in Studios appartenant à Mitch Easter. La chanson est alors distribuée par Hib-Tone, un label indépendant.

Les cent exemplaires proposés sont très rapidement liquidés. Bien qu'étant proposé en édition limitée, « Radio free Europe » contribue à asseoir la notoriété de R.E.M. qui est très bien accueilli par la critique. Le célèbre journal New York Times le classe parmi les dix singles marquants de l'année 1981.

Au mois de mai de l'année suivante, R.E.M. signe un contrat chez I.R.S. Records et quelques mois après sort un EP ou Extended play intitulé « Chronic town ». Fort du bel accueil reçu par l'EP, un premier album est programmé et celui-ci sera réalisé en collaboration avec Mitch Easter et Don Dixon.

L'album intitulé « Murmur » est dévoilé en 1983 et rencontre un franc succès. Le magazine Rolling Stone lui donne même le statut d'album de l'année. L'album est à la 36e place des meilleures ventes aux États-Unis et les ventes atteignent 200 000 exemplaires.

Les deux albums suivant en l'occurrence « Reckoning » sorti en 1984 et « Fables of the Reconstruction » sorti en 1985 reçoivent une bonne critique, mais ce n'est pas encore la révélation.


Le succès

En 1986, le quatrième album réalisé par Don Gehman « Lifes Rich Pageant » rencontre un succès retentissant et atteint la 21e place au classement Billboard et se vend à 500 000 exemplaires.

Fort de cette excellente expérience, le R.E.M. poursuit sur la même voie. Le cinquième album est cette fois-ci produite par Scott Litt et ce sera le cas des cinq opus qui suivirent.

« Document » qui sort en 1987 est l'album qui ouvrira la porte de la célébrité au groupe. « The one I love », le premier single devient très vite un tube et se place dans le Top 20 non seulement aux États-Unis mais également au Canada et au Royaume-Uni.

Au total, un million d'exemplaires seront écoulés. Le mois de décembre de cette année, R.E.M. est consacré comme étant le plus grand groupe de Rock and Roll du pays.

Mû par la volonté d'étendre leur popularité au-delà des États-Unis, le groupe décide de changer de maison de production et obtient un contrat auprès de Warner Bros. « Green » qui sort en 1988 est une révélation pour les fans et dévoile différents rythmes.

Une tournée de promotion spectaculaire de cet album, qui se vend à 4 millions d'exemplaires, est organisée pour le grand bonheur des aficionados.

1990, grand millésime pour R.E.M, est l'année de la production de « Out of time », le septième opus qui rencontrera un succès sans précédent et qui s'est vendu à une vingtaine de millions d'exemplaires.

Il compte deux tubes mondiaux à savoir « Losing my religion » qui est aujourd'hui un grand classique du rock américain et « Shiny happy people ».

Cet album permet par ailleurs au groupe d'obtenir sept nominations à l'édition 1992 des Grammy Awards au cours duquel R.E.M. remporte trois récompenses.

À la fin de cette année sort « Automatic for the people » qui caracole en tête des charts aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Il se vend ainsi à dix millions d'exemplaires et compte trois grands tubes, « Evereybody hurts », « Drive » et « Man on the moon ».


En route vers le troisième millénaire

Dans la deuxième moitié des années 1990, le groupe propose « Monster » aux sonorités très rock qui rencontre un franc succès.

Arrivant en tête des charts, l'album fait l'objet d'une tournée et le collectif est de retour sur les routes après plus de six ans d'absence. Cette tournée qui s'annonce fascinante se révèle difficile en raison des problèmes de santé de Bill Berry, de Mike Mills et de Michael Stipe qui tombent tour à tour  malades.

En 1996, un nouveau contrat est signé avec Warner Bros et c'est l'occasion de sortir le nouveau disque « New adventures in Hi-Fi » qui se retrouve de nouveau en tête des charts. Les ventes d'albums sont toutefois moins importantes que celles des précédents succès.

Une année après, Bill Berry quitte le groupe qui continue l'aventure avec la bénédiction de celui-ci.

En 1998, R.E.M diffuse un nouvel album intitulé « Up » et réalisé en collaboration avec Pat McCarthy. L'accueil qui lui est réservé est plutôt timide.

Pendant ce temps, la formation décide de déménager au Royaume-Uni où les ventes sont toujours meilleures que dans les autres pays.

En 2001, R.E.M. sort l'album « Reveal » suivi de « In time: The best of R.E.M. 1988-2003 » en 2003 et de « Around the sun » en 2004.

Le single « Leaving New York » est un tube au Royaume-Uni où il se place à la cinquième place des meilleures ventes.

En 2006, R.E.M entre au Hall of Fame du Roch an Roll situé à l'hôtel Waldorf-Astoria à New-York. Leur dernier album en date, « Accelerate », sort en 2008.

Au mois d'octobre 2009, les fans de tous âges ont le plaisir de découvrir « Live at The Olympia ».