Renaud

Renaud Séchan Né(e) le 11 mai 1952 (64 ans)

Sa biographie

Débuts dans la chanson

Renaud Séchan, dit Renaud, est né le 11 mai 1952 à Paris. Rebelle dans l'âme, il est bercé dès son enfance par un goût pour la contestation.
Il tâte de la scène au début des années 70, lorsqu'il est engagé dans la troupe de Romain Bouteille. L'expérience est courte mais marquante.

Pour se confronter directement au public, Renaud décide d'aller chanter dans le métro, accompagné d'un accordéoniste.
Le duo terrible se fait remarquer alors qu'il fait la manche devant le théâtre où joue Coluche.

Paul Lederman, le producteur du comique, les embauche dans son nouveau cabaret où ils interprètent des chansons réalistes.
Petit à petit, Renaud y intègre quelques chansons de son cru aux paroles contestataires. C'est en 1975 qu'il se fait remarquer par une maison de disques et sort son premier album « Amoureux de Paname ».


Le verlan

Renaud commence à intégrer le circuit, tout en faisant l'acteur chez Martin Lamotte en 1977.
Cette même année, il sort « Laisse béton ». Le verlan est alors l'argot des jeunes rebelles et Renaud en devient vite le porte-parole.

En 1979, l'album « Ma gonzesse » lui permet de montrer une facette plus intime de sa personnalité, mais il continue néanmoins à mêler humour et coups de gueule, notamment avec « Marche à l'ombre », album qui sort en 1980 où Renaud parle par exemple de la banlieue avec « Mon HLM ».
L'année suivante, il enregistre « Le retour de Gérard Lambert » sur lequel figure le titre culte « Mon beauf ».

En 1983, avec l'album « Morgane de toi », Renaud amorce un nouveau cap.
Le chanteur, désormais père de famille, est moins virulent et plus tendre, avec des compositions telles que « En cloque » ou la chanson-titre. L'extrait « Dès que le vent soufflera » est également un très gros succès.


Nostalgie


Renaud est à l'origine du mouvement Chanteurs pour l'Ethiopie et co-écrit la chanson phare. C'est l'année également où il enregistre l'album « Mistral Gagnant ».
Le caustique « Miss Maggie » passe sur toutes les ondes, tandis que la chanson éponyme devient un classique.

En 1988, son nouvel album, « Putain de camion » est un hommage à son ami Coluche disparu deux ans plus tôt. On y trouve aussi le titre « La mère à Titi » qui rencontre un certain succès.

En 1991, l'album « Marchand de cailloux » s'influence de l'Irlande, notamment sur le titre « La ballade nord-irlandaise ».Renaudl tourne aussi dans le film « Germinal » pour Claude Berri, ce qui lui inspirera l'album « Cante el'nord », composé de chansons du Nord.

Renaud reste un grand nostalgique : il rend hommage aux grandes figures mythiques révolutionnaires avec « A la belle de mai » (1994), ou à Brassens avec « Renaud chante Brassens » (1996).

La fêlure

Renaud est de retour sur le devant de la scène au printemps 2002. Déprime, séparation, alcool, il assume les raisons d'une trop longue absence avec le très réussi « Boucan d'enfer ».

Un album cathartique dans lequel la presse et ses fans voient une vraie renaissance. Suit un DVD, « Tournée d'enfer » qui reprend les moments forts de ses 170 concerts qui s'étalent sur un an et demi.

Parallèlement, Renaud revient au cinéma aux côtés de Johnny Hallyday dans le film de Brad Mirman, « Wanted ».

Après un tournage et une tournée éprouvante, Renaud prend un peu de recul et revient en force en 2003. L'artiste, son album « Boucan d'enfer » et sa chanson « Manhattan Kaboul » en duo avec Axelle Red sont récompensés aux 18e Victoires de la musique.

L'année suivante, l'artiste propose « Mon film sur moi et mes chansons préférées de moi », un CD/DVD qui reprend dix-neuf de ses succès.


Un artiste toujours engageant et engagé


Dans le même temps, son engagement ne faiblit pas.
Il écrit et interprète la chanson « Dans la jungle » pour aider à la libération d'Ingrid Bétancourt retenue par les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie.

Son album « Rouge sang », qui sort en 2006, confirme que Renaud a retrouvé sa plume à la fois fertile et acerbe.
Dans ce disque, l'artiste, qui continue inlassablement de dénoncer les dérives de notre société, s'en prend aussi bien aux Bourgeois Bohème avec « Les Bobos », qu'à Nicolas Sarkozy dans « Elle est facho ». Il dénonce les affres du suicide chez les jeunes avec « J'ai retrouvé mon flingue ». Autant de chansons qui sont reprises lors de sa tournée en 2007.

Preuve que le « Mistral gagnant » tourne en faveur de Renaud, Sam Bernett lui consacre un livre, « Renaud, j'ai pas dit mon dernier mot », dans lequel il revisite toute la gouaille du chanteur à la « chetron sauvage ».

Du légendaire « Laisse béton » à son interprétation réaliste de Lantier dans « Germinal » de Claude Berri, en passant par son album exutoire « Boucan d'enfer », rien du personnage à la fois émouvant et complexe n'échappe au lecteur.


Balades irlandaises et rechute


Renaud revient en novembre 2009 avec un nouvel album « Molly Malone - balade irlandaise ». Le chanteur reprend treize classiques irlandais adaptés en français. Le premier extrait s'intitule « Vagabonds ».

En novembre 2010 sort « Le plein de super », une compilation de trois CD qui contient notamment deux inédits, « J'ai rendez-vous avec vous » et « P... de toi ».

Renaud se lance ensuite dans la préparation d'un nouvel album. Mais malgré la naissance de son fils, il subit une panne d’inspiration. Hanté par ses vieux démons, il se remet à boire et divorce de sa compagne Romane Cerda en septembre 2011.

Une nouvelle intégrale des albums studios sort en octobre 2012. Il s’agit d’une nouvelle édition de la compilation « Les Introuvables » avec des titres parus sur différents supports (compilations, albums hommage). 

En janvier 2013, il est nommé Commandeur des Arts et Lettres.


La longue renaissance

Malgré son absence médiatique, Renaud est mis à l’honneur en 2014 avec la sortie d’un album hommage, « La Bande à Renaud », dans lequel Jean-Louis Aubert, Bénabar, Elodie Frégé, Benjamin Biolay, Renan Luce ou encore Grand Corps Malade reprennent ses plus grands succès. C’est un carton, puisqu’il s’écoule à plus de 200.000 exemplaires. Un second volet sort à la fin de l’année. 

L’année 2015 marque une longue série de hauts et de bas pour Renaud. Au mois de mai sort le documentaire « Renaud, on t’a dans la peau », réalisé par Didier Varrod. Le chanteur se dit alors ému par le reportage et boosté pour faire son retour. 

Quelques semaines plus tard, Renaud confirme qu’il a composé plusieurs nouveaux titres, et qu’un album pourrait voir le jour à la rentrée. Il est finalement repoussé à Noël, mais en octobre 2015, Renaud fait un comeback inattendu avec le titre « Ta batterie », écrit pour son fils sur l’album « Il nous restera ça » de son ami Grand Corps Malade. Les fans et la critique sont séduits. 


Nouvel album et retour sur scène

En début d’année 2016, Renaud confirme avoir terminé son disque et annonce une sortie au mois de mars. Il confirme également être prêt à revenir sur scène. Alliant le geste à la parole, il retrouve ses fans le 7 janvier 2016 sur la place de la République, où il chante « Que Marianne était jolie » en hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo. 

Le premier single de son nouvel opus, « Toujours debout », sort finalement le 26 janvier. L’album est de son côté annoncé pour le 8 avril. Visiblement en pleine forme, on le retrouve ensuite sur scène aux côtés de I Muvrini à Montpellier, puis dans le clip de « Toujours debout », dans lequel il se fait tatouer. 

Le 2 mars, il fait également son retour à la rédaction de Charlie Hebdo en tant que chroniqueur bimensuel.

Renaud annone également sa première tournée depuis 9 ans. Les billets du « Phénix Tour », qui comprend près de cinquante dates, sont mis en vente le 17 mars. 

Les dernières actus de Renaud

Ses vidéos

Ses photos