Sarah Vaughan

Sarah Lois Vaughan Né(e) le 27 mars 1924 (92 ans)

Sa biographie

Tout commence à l'Apollo Theater de Harlem

Fille d'un passionné de pian o et de guitare et d'une chanteuse de chorale d'une église, Sarah Vaughan commence à apprendre le piano à son septième printemps tout en chantant à l'église. Elevée dans un contexte religieux, elle développe petit à petit la passion pour la musique populaire au fil du temps.

Dans son adolescence, elle commence à fréquenter les nights clubs de sa ville pour y jouer ses notes de piano ou chanter. Seulement, ses aventures nocturnes auront de graves conséquences sur ses études l'obligeant à quitter le lycée pour se consacrer uniquement à la musique.

La jeune fille passera alors beaucoup de temps dans les lieux de spectacles et marquera son entrée dans le monde du show-business au dé but de s années 1940. En fait, après avoir gagné un concours de chant à l'Apollo Theater de Harlem, Sarah Vaughan fait ses débuts dans le monde musical professionnel en 1943 en travaillant avec l'orchestre de Earl Hines.

Vers la fin de 1944, après une incursion dans la nouvelle formation de Billy Eckstine, qui était également membre du groupe d'Earl Hines, la chanteuse décide de partir en solo. Néanmoins, elle restera très attachée à Billy Eckstine et réalisera un bon nombre d'enregistrements en sa compagnie au fil des années.

A partir de 1945, après différents concerts dans les clubs de New York, Sarah Vaughan commence à réaliser certains disques en compagnie d'autres artistes. Elle commence également à faire la connaissance de nombreux musiciens dont le trompettiste George Treadwell qui deviendra son manager puis son mari en 1946.


Les premiers hits et l'aventure avec George Treadwell

Entre 1947 et 1948, Sarah Vaughan commence à se faire connaître du grand public avec ses hits « Tenderly », « It's magic » et « Nature boy » signés sur le label Musicraft. Suite aux problèmes financiers avec ce label, la chanteuse signe avec Columbia pour qui elle enregistre un certain nombre de succès dont les titres « That lucky old sun » et « Saint or sinner ».

Devenue célèbre, de sérieux problèmes personnels émergent entre elle et son mari au dé but de s années 1950, en raison des pressions professionnelles et des différences de caractère. George Treadwell s'éloigne alors de plus en plus d'elle et finit par engager un autre manager pour la suivre dans ses tournées.

Toutefois, quand Sarah Vaughan quitte Columbia, le musicien négocie avec le label Mercury en 1953 pour que sa femme puisse continuer à enregistrer. Ainsi la chanteuse marque le dé but de ses exploits commerciaux chez Mercury avec le tube « Make yourself comfortable ».

D'autres succès suivront jusqu'en 1959 où elle fait un énorme carton avec le fameux morceau « Broken hearted melody » qui lui vaut son premier disque d'or. Entre temps, la star participe à de nombreux festivals dont les tous premiers Newport Jazz Festival et le New York Jazz Festival.

La diva entame également plusieurs tournées en Europe et aux Etats-Unis au cours desquelles elle fait la connaissance de plusieurs musiciens. Puis, malgré l'amélioration des relations professionnelles avec son mari, elle finit par divorcer et se marie avec Clyde Atkins en septembre 1959.

Avec ce dernier, elle adoptera une petite fille nommée Debra Lois.


Vers les nombreuses reconnaissances

Toujours en 1959, Sarah Vaughan quitte Mercury pour signer avec le label Roulette. Passant à un nouveau chapitre de sa vie sentimentale et professionnelle, la chanteuse enchaîne les succès en 1960 avec « Serenata », « You're my baby » et « Eternally ».

Trois ans plus tard, elle divorce avec Clyde Atkins et quitte le label Roulette. En 1970, elle fait la rencontre de Marshall Fisher dans un casin o de Las Vegas. Les deux tourtereaux vont évoluer ensemble dans un même univers sentimental et professionnel jusqu'en 1977, année de leur séparation.

Sarah Vaughan se tournera alors vers le jeune trompettiste Waymond Reed qu'elle épouse en 1978, une union qui durera jusqu'en 1981. Entre temps, la chanteuse signe avec le label Pablo pour qui elle réalise un total de sept albums dont « Copacabana » et « Send in the clowns ».

Poursuivant sa carrière, elle est récompensée de plusieurs reconnaissances tout au long des années 1980 pour sa riche contribution dans le développement du jazz et de la musique américaine. Notamment en 1981, la star obtient un Emmy Award dans la catégorie « Individual Achievement - Special Class » pour sa prestation avec la New Jersey Symphony l'année précédente.

Plus tard, elle remporte un Grammy Award pour sa haute performance avec le Los Angeles Philharmonic. En 1985, elle reçoit l'étoile du Hollywood Walk of Fame. Trois ans plus tard, elle est introduite à l'American Jazz Hall of Fame.

Entre temps, Sarah Vaughan contribue à de nombreux projets et publie son dernier opus « Brazilian romance » avec le producteur Sergio Mendes . Elle continuera son aventure musicale jusqu'en 1990, l'année de son décès.