Sa biographie

Voix de stentor, stature imposante, Serge Lama est un des rois de la chanson populaire de qualité. Plus connu pour ses talents d'interprète, il n'en est pas moins un auteur très talentueux.

Voix de stentor, stature imposante, Serge Lama est un des rois de la chanson populAIRe de qualité. Plus connu pour ses talents d'interprète, il n'en est pas moins un auteur très talentueux. Souvent dédiées aux femmes, ses chansons traversent les années avec fierté.

Enfant de la balle, le petit Serge ne comprend pas pourquoi son père, chanteur d'opérette, raccroche ses habits de lumière pour devenir représentant. L'enfant n'a pas encore conscience de la difficulté de ce métier, et développe une rage pour réussir là où, à ses yeux, son paternel échoue. L'école ne le captive pas, mis à part les cours de français qui lui permettent de découvrir les écrivains et poètes. Très jeune, il écrit dans son coin des textes de chansons. Après la guerre d'Algérie, à laquelle il participe comme soldat, le jeune homme en bute avec sa famille trouve en Mireille et son fameux Petit Conservatoire, un endroit où apprendre son art.

Le protégé de Barbara

Le 11 février 1964, le coeur battant, il s'avance pour la première fois sur une scène aux côtés de Barbara , avec qui il partage la minuscule scène de l'Ecluse. Lauréat d'un concours de chanson, ses premiers titres : "A quinze ans" et "Le Bouffon du roi" sont gravés sur son premier 45 tours. Très vite, il écrit pour Régine, Juliette Gréco ou Francis Lemarque.

Le grave accident de voiture qui le meurtrit en aurait mis K.O plus d'un an. C'est sans compter le courage et l'énergie débordante du chanteur qui doit attendre presque deux ans avant de revenir à la chanson. Dans l'impossibilité de marCher, il enregistre "On n'est pas né pour rien". Sa ténacité paie : en 67 "Les Ballons rouges" devient rapidement un succès discographique. Un an plus tard sort un 33 tours, couronné par l'Académie Charles Cros et dont le titre accroche l'oreille immédiatement : "D'aventures en aventures".

L'amour d'un public de plus en plus large croît. En 1970, le chanteur reste un an à l'affiche du Don Camillo ! Le passage à l'Eurovision avec "Un jardin sur la terre" ne restera pas dans les annales mais permettra au chanteur de rencontrer Alice Dona, qui composera nombre de ses musiques. La chanson "Superman "Aperman"" impose Serge Lama comme un nouveau séducteur viril, tonitruant et plein d'humour. En 73, outre un triomphe à l'Olympia durant 10 jours, l'album "Je suis malade" remporte tous les suffrages. "Les petites femmes de Pigalle", "La chanteuse a vingt ans", "Les glycines" sont aussi connus que "Star", "Chez moi", tirés de son album suivant.

Une Passion pour Napoléon

Une nouvelle salle permet à Lama d'installer son succès : le Palais des Congrès est comble pendant 3 semaines en 1975 et 3 autres en 77, sans parler des 70 représentations triomphales en 1979 et des 3 mois en 1981. Les albums "La Vie Lilas" et "L'enfant au piano" et "Enfadolescence" duquel "Femme, Femme, Femme" est extrait, paraissent durant cette période. Très intime est cet album "Lama père et fils" enregistré avec son père, celui qui l'a tant influencé. Peut-être est-ce aussi en clin d'oeil à la carrière de son géniteur que Lama se lance dans l'aventure folle de la comédie musicale "Napoléon", grand succès de 1982.

La perte de ses parents dans un accident de voiture se ressent dans un nouvel album, paru en 1986. "Pas vraimambeau" côtoie "Maman Chauvier". Après 25 ans de métier, le succès retombe un peu. Du coup, Lama se dirige vers les planches et prend sa revanche au théâtre. Quelques nouveaux disques paraissent : "Amald'âme" et "Lama" mais ne rencontrent qu'un succès restreint. Toutefois, ses récitals continuent à fAIRe recette. En version symphonique ou avec une formation restreinte ("Ami Voix" et ses 3 musiciens), Serge Lama reste un chanteur d'exception. En 2001 parait un nouvel album "Feuille à feuille" dont sont issus "Quand est-ce qu'on fait l'amour" et "Je suis nostalgique", un titre qui ne peut manquer d'avoir sa place sur ce site.

Des spectacles intimistes

Durant toute l'année 2002, Serge Lama part en tournée.
C'est sur la scène de Bercy que Serge Lama fête ses quarante années de carrière en février 2003 avec à ses côtés sa fidèle acolyte Alice Dona. Un évènement qui fait l'objet d'un enregistrement.
C'est cette même année que paraît "Pluri elles". Un album de duos avec Marie Paule Belle et Annie Girardot notamment.
Désireux de revenir à des créations plus intimistes, Serge Lama sort un disque et un spectacle "Accordéonissi-mots". La tournée, qui débute en 2004 pour s'achever en 2006, le mène en France naturellement mais également en Belgique ou au CAnada.
En 2007, Serge Lama revient là où l'on ne l'attendait pas nécessairement... avec un livre. A l'occasion de "Sentiment, sexe et solitude", le chanteur se mue en poète libertin. Tel le maquis de Lama, il propose un recueil de textes essentiellement érotiques.


De l'accordéon avant toute chose

Un an plus tard, retour à son domaine de prédilection avec "L'âge d'horizons". L'album est composé de seize chansons arrangées par l'accordéoniste Sergio Tomassi qui signe en outre quatre mélodies. Les autres compositeurs sont deux autres fidèles : Yves Gilbert et Christophe Leporatti.

Panache, vigueur, sensibilité : Serge Lama reste le plus grand représentant d'une tradition populaire de qualité.

Serge Lama est en tournée en mars-avril 2009, puis reprend en automne. Il est au Palais des Congrès à Paris du 16 au 18 décembre. La tournée se poursuit jusqu’en mai 2010. Après quelques mois de pause, elle reprend en 2011, avec un nouveau passage à l’Olympia (7, 8 et 9 octobre).

 

Début décembre 2012, sort le double album anniversaire, «La Balade du poète», avec de nouveaux arrangements pour certaines chansons. Petite surprise: trois titres inédits qui datent de l’adolescence et une chanson écrite pour ce disque.

 

2013, double anniversaire:70 ans et 50 ans de carrière

 

Pour fêter dignement ses 70 ans et 50 ans de carrière, Serge Lama entreprend la tournée «50 ans d’encre et de projecteurs» en France, en Suisse, Belgique et au Québec. Il est sur la scène de l’Olympia du 8 au 17 février 2013.

 

Ce même mois, il refuse une Victoire d’honneur aux Victoires de la musique, mais le 13 juin, il reçoit le prix de l’Académie française, la Grande Médaille de la chanson française, pour l’ensemble de son œuvre. Il reçoit également, le même jour, le prix littéraire Nikos Gatsos, créé l’année précédente.

 

En 2013 toujours, Serge Lama participe à l’album de Jean-Félix Lalanne, «Une voix, une guitare», sur lequel il interprète la chanson «Vingt ans», de Léo Ferré.

 

En 2014, il signe deux titres de l’album du ténor Vincent Niclo et l’intégrale de ses textes de chansons est publiée dans «Serge Lama, un homme de parole» (Flammarion).

 

2016-2018 : «Où sont passés nos rêves» et la tournée «Je débute»

 

En 2016, Lama poursuit son travail d’auteur au service d’autres voix; notamment, il co-écrit avec Francis Cabrel «Plus qu’ailleurs» pour l’album de Céline Dion «Encore un soir».

 

Mais cette année-là, surtout, le 4 novembre 2016 sort son nouvel album «Où sont passés nos rêves». La sortie coïncide tristement avec le décès, le 25 octobre 2016, de sa femme, Michèle Potier (71 ans), victime d’un accident vasculaire cérébral.

 

Pour cet album, dont les textes ont tous été écrits par lui-même, Serge Lama a fait appel à treize compositeurs parmi les plus fameux, dont Christophe Maé, Maxime Le Forestier, Bénabar, Julien Clerc, Francis Cabrel, Carla Bruni, etc.

 

Le single «Je débute» sort le 10 octobre. La tournée «Je débute» commence le 11 octobre 2017 et précède la version Deluxe de l’album, qui sort le 10 novembre avec un bonus de 5 titres et un DVD de performances intimistes. 

 

Au même moment, le 9 novembre 2017, Serge Lama co-signe avec Luana Santonimo un conte de Noël pour enfants, «L’extraordinaire aventure d’Alba, le petit sapin». L’ouvrage, publié chez Plon, contient un CD avec la chanson de Serge Lama et Francis Cabrel «L’Arbre de Noël».

 

Du 23 au 26 novembre, le chanteur et auteur est à la salle Pleyel pour quatre soirs. 

 

Puis le tour se poursuit en 2018. Du 9 au 14 février, c’est l’Olympia, sa salle fétiche avec son amie de toujours Marie-Paule Belle en première partie. Le 11, en coulisse, ses amis organisent une petite fête pour ses 75 ans. Sur le gâteau, une phrase d’Albert Camus: «Créer, c’est vivre deux fois». Et un bouquet de 75 roses offert par ses fans de la première heure, dont une délégation avait fait le voyage. Serge Lama est ensuite parti pour le Nord de la France «le meilleur public du monde», selon le chanteur qui est sur scène jusqu’à l’été. 

 

Les dernières actus de Serge Lama

Ses vidéos

Ses photos

Serge Lama Universal
1/1