Sister Sledge : l’histoire incroyable des sœurs Sledge

Elles ont chanté le refrain disco le plus entraînant des années 70 : retour sur la folle carrière du quatuor à qui l’on doit notamment l’ énorme tube « We Are Family ».

Sister Sledge © CREASHORE
Sister Sledge : les débuts du groupe à Philadelphie

Sister Sledge est un groupe américain formé en 1971 à Philadelphie et composé des sœurs Debbie, Joni, Kathy et Kim Sledge. Choristes dans leur église locale, elles sont remarquées non seulement pour leurs voix qui s’accordent très bien, mais également pour leurs charismes. Leur première chanson « Time Will Tell » sort en 1971 mais elles ne décrochent leur réel premier succès qu’en 1973, avec « Mama Never Told Me ». Leur premier album « Circle Of Love » arrive en 1975 et remporte l’adhésion du public en Europe. Elles proposent en 1977 leur second opus, « Together », qui produira le tube « Blockbuster Boy ».

« We Are Family » (1979) : le tube par lequel le groupe devient culte

Sister Sledge passe sur une autre planète en 1979, lors de la rencontre avec Nile Rodgers. Ce dernier, accompagné de Bernard Edwards (les compères deviendront des figures majeures de la folie disco avec leur groupe Chic), leur compose l’album « We Are Family ». Le succès est immédiat et phénoménal. Joni Sledge avait confié en 2016 au quotidien britannique « The Guardian » qu’elle et ses sœurs envisageaient de changer de voie et de se mettre à des études de droit avant ce succès. C’est à ce moment précis au cours de l’année 1979 que sortent coup sur coup les singles « He's the Greatest Dancer » et « We Are Family ». Le succès de la chanson-titre en a fait l’hymne de l’équipe de baseball de Pittsburgh The Pirates. L’opus trône rapidement en tête du top album soul de 1979 aux États-Unis.

Sister Sledge : une profusion d’albums

Sister Sledge sort un an plus tard, en 1980, le 33-tours « Love Somebody Today », au single éponyme. Dès 1981, le succès est de retour avec le recueil « All American Girls » et son tube du même nom. Nouvelle réussite en 1982 avec la sortie du disque « The Sisters » qui voit le morceau « My Guy » effectuer un beau parcours dans les charts, comme l’opus suivant « Bet Cha Say That To All The Girls » en 1983.

Sister Sledge : vers la fin du quatuor

Les Sister Sledge cartonnent ensuite avec le single « Frankie », extrait de l’album « When The Boys Meet The Girls » (1985). À partir de cette date et jusqu’en 1990, Debbie, Joni et Kim se consacrent à des chansons pour des bandes originales de films, dont « Here To Stay », thème du film « Playing For Keeps » (des frères Weinstein, 1986), « Keeping Good Loving » pour « Action Jackson » (de Craig R. Baxley, 1988) et « Livin' the Good Life » pour « Coming to America » (1988), coécrit et réalisé par Nile Rodgers. Kathy et son époux, eux, écrivent pour d’autres chanteurs à la même période. Jusqu’à ce que le quatuor décide de se séparer définitivement, Debbie, Joni et Kim restant à trois tandis que Kathy prend son envol en solo. Le 10 mars 2017, Joni Sledge décède et laisse un vide immense. Nile Rodgers en a le cœur brisé.
.

Sister Sledge - Les dernières actus