Biographie Sting

Gordon Matthew Thomas Sumner Né(e) le 2 octobre 1951 (65 ans)

Sa biographie

L’abeille de la musique

Gordon Matthew Thomas Sumner voit le jour le 2 octobre 1951 à Newcastle, au Royaume-Uni. Sa passion pour la musique lui vient de sa mère, une pianiste amateur.
C’est en 1971 qu’il effectue ses débuts au sein d’un groupe local de jazz, Last Exit.

Il adopte alors le pseudonyme Sting lors d’une de leurs représentations : ses amis musiciens le surnomment ainsi à cause d’un pull-over à rayures jaunes et noires qu’il porte un soir et qui le fait ressembler à une abeille (en anglais Sting signifie dard).

En 1977, Stewart Copeland le remarque lors d’une soirée et lui demande de devenir bassiste pour la formation The Police avec Henry Padovani, remplacé par Andy Summers.


« Roxanne »

Le succès de The Police est immédiat. Leur premier hit, « Roxanne », extrait de l’album « Outlandos d’amour » (1978), caracole en tête des charts dès sa sortie. Sting se créer alors une réputation internationale, au sein d’un groupe alliant pop, rock et reggae.

Après des albums comme « Zenyattà mondatta » (1980), «  Ghost in the machine » (1981),  « Synchronicity  » (1983), Sting se lasse quelque peu des longues tournées du groupe et décide en 1985 d’entamer une carrière solo.


La carrière solo

Sting passe de longs mois à peaufiner sa première création intitulée « The Dream Of The Blue Turtles » qui sort en 1985. Son opus solo séduit le public et des titres comme « If You Love Somebody (Set them Free ) », « Russians » ou encore « Children's Crusade » remportent un immense succès.

Entouré de grands musiciens, le chanteur part en tournée et reprend la recette du succès de The Police, à savoir du rock, du reggae du jazz ou encore de la funk.


Un nouveau disque

En parallèle à ses travaux musicaux, Sting participe en 1984 à « Dune », le film de David Lynch.
Une expérience qu’il réitère à de nombreuses reprises, notamment dans « Arnaques, Crimes et Botanique » de Guy Ritchie en 1998.

En 1986, Sting prépare son album  « Nothing Like The Sun » qui arrive dans les bacs un an plus tard.
Il en sortira les tubes « We'll Be Together », « Englishman in New York », ou encore « Little Wing » une reprise de Jimi Hendrix.


Un artiste au grand cœur

Plus le temps passe, plus Sting exprime un besoin de s’engager dans l’humanitaire. L’artiste n’hésite pas à s’impliquer entre autres dans la libération de Nelson Mandela ou encore dans la sauvegarde de la forêt amazonienne.

Une grande tournée est d’ailleurs organisée en 1988 pour récolter des fonds pour ce patrimoine naturel, où Sting joue aux côtés de  Tracy Chapman, Youssou N'Dour, Peter Gabriel ou encore Bruce Springsteen.

Dans les années 90, Sting prend du recul et se fait plus discret, peut-être à cause du décès de son père. C’est cet événement qui est au centre de l’album « The soul cages » en 1991.
Il s’agit d’un disque sombre et intimiste qui contient les singles « All This Time », « Mad About You » ou encore « Why Should I Cry For You ? ».


Sting et Stevie Wonder


Deux ans plus tard, « Ten Summoner's Tales » voit le jour, avec les titres « If I Ever Lose My Faith In You » et « Fields of Gold ». Ce dernier titre donne son nom à la compilation « Fields of Gold : The best of Sting »  qui paraît en 1994.

Toujours productif, Sting s’illustre en 1999 avec « Brand New Day » qui comporte notamment un duo avec Stevie Wonder et le single « Desert Rose » en duo  Cheb Mami qui devient numéro 1 un peu partout dans le monde.


Sting retrouve The Police

Le chanteur s’illustre une nouvelle fois en 2003 avec « Sacred Love » puis avec « Songs From The Labyrinth » trois ans plus tard.

En 2009, Sting retrouve ses complices de The Police le temps d’une tournée. Pendant plus d’un an, le groupe mythique sillonne le globe pour rejouer leurs grands hits.

En toute fin d'année, il propose « If On a Winter’s Night », un hymne à l’hiver,  dans lequel il revisite des chants de Noël traditionnels comme « The Snow It Melts The Soonest », « A Soalin », ou encore « Gabriel’s Message », qui date du XIVe siècle.


Un artiste sur la route

En 2011, Sting est en tournée avec son Symphonicity Tour en Corée du Sud, au Japon, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Amérique du Sud et en Europe.

A l’automne de cette même année, l’artiste fête ses 60 ans sur la scène du Beacon Theatre de New York. De nombreux artistes, dont Springsteen, Stevie Wonder et Lady Gaga se produisent lors de cette soirée exceptionnelle.

En octobre 2012, Sting entreprend une nouvelle série de concerts. Avec la tournée « Back to Bass », il revient à une orchestration simple et minimale. Pendant l’été 2013, il se produit aux Etats-Unis, au Canada et en Europe.

Les dernières actus de Sting

Ses photos