5 choses à savoir sur Supertramp

Le mythique groupe anglais a beau être parfaitement inscrit dans notre paysage musical, certaines pages de son histoire restent à découvrir. Voici cinq choses que vous ignorez peut-être sur Supertramp.

Supertramp © getty images
Supertramp : un généreux mécène

Il aura fallu la passion d’un millionnaire pour que le groupe existe. Le Néerlandais Stanley August Miesagæs, surnommé Sam, assiste en 1969 à une prestation de Rick Davies et en ressort subjugué. Il propose au musicien de le soutenir financièrement si ce dernier se lance dans quelque chose de valable. Rick décide de passer une petite annonce dans un magazine musical : Roger Hodgson se présente alors, le groupe est sur les rails… Le milliardaire soutiendra Supertramp plusieurs années, faisant même appel à son carnet d’adresses lorsque le groupe se met en tête de sortir un album. En 1973, Sam décide de cesser ses subventions mais avant, il essuie leurs dettes et leur laisse les instruments offerts.

Roger Hodgson a privilégié ses enfants

Supertramp a eu plusieurs vies, et le départ de Roger Hodgson, fruit d’une décision complexe, a rebattu les cartes. Menant une vie de star, toujours entre deux concerts sur les routes, le musicien a eu peur de ne pas voir grandir ses deux enfants. Un choix cornélien compris et accepté par ses compères, qui a vu Roger Hodgson se retirer de l’industrie musicale pendant une quinzaine d’années. 

Supertramp : Guillaume Gallienne amoureux

Par le plus grand des hasards, l’acteur français Guillaume Gallienne est tombé amoureux du frère de Roger Hodgson dans sa jeunesse. Dans son film « Les garçons et Guillaume, à table ! » figure la chanson « Don’t Leave Me Now » du groupe, tube pour le lequel il a dû se battre : Rick Davies et Universal avaient accepté son utilisation, mais Roger Hodgson avait dit non. Guillaume Gallienne est alors passé par le fameux frère du musicien, qui a intercédé en sa faveur. 

Elton John aurait pu gâcher Supertramp 

Au sortir d'une adolescence paisible dans une famille bourgeoise, Roger Hodgson monte Argosy, un éphémère groupe de studio au sein duquel figure un certain Reginald Dwight, le futur Elton John… A l’époque, les musiciens enregistrent même un album, peu remarqué. Une chance selon Roger Hodgson, qui avoue qu’il n’aurait peut-être pas répondu à l’annonce à l’origine de la création de Supertramp si cela avait été un succès. 

Logical Song : la chanson parfaite

Supertramp a souvent trusté les premières places des charts anglo-saxons et européens, mais « Logical Song », issue de l’album « Breakfast in America » (1979), est le tube du groupe ayant remporté le plus grand succès. Disque d’or en France, il se classe à la deuxième position des charts. Aux Etats-Unis, il est sixième du Billboard Hot 100 et septième du UK Singles Chart en Angleterre. Son compositeur, Roger Hodgson, a confié sur son site officiel, considérer la chanson comme sa meilleure, celle qu’il a « réussie à 100% ».

Supertramp - Les dernières actus