Talk Talk

Talk Talk Né(e) le 30 novembre 1980 (35 ans)

Sa biographie

Groupe new wave

C'est à l'école secondaire que Lee Harris, batteur né le 20 juillet 1962 et Paul Webb, bassiste né le 16 janvier 1962 font connaissance. Sentant de bonnes vibrations entre les deux, ils décident de monter ensemble un groupe de reggae, Eskalator.

Ils font ensuite la connaissance de Mark Hollis né le 4 janvier 1955 ainsi que Simon Brenner et décident de monter un groupe de rock.

Avec Simon Brenner aux claviers et Mark Hollis au chant, Talk Talk sort son premier album « The party's over », en 1982. Ce dernier contient 9 titres dont le single « Talk Talk » obtient la première place des charts en Afrique du sud tandis que « Today » arrive au top 20 au Royaume-Uni. Concernant l'album, celui-ci se classe péniblement à la 132e place du Billboard pop album charts.

En 1983, Simon Brenner fait ses adieux au groupe et sera remplacé par Tim Friese-Greene. Celui-ci n'apparaît pas, à sa demande comme un membre officiel de Talk Talk et ne monte sur scène que lors de quelques concerts du groupe.

Par ailleurs, il produira les quatre prochains albums du groupe. Ainsi, après un long séjour en studio, Talk Talk présente son nouvel album en 1984 « It's my life » avec 9 titres une fois de plus.


Grands succès

A sa sortie le single « It's my life » se classe à la 46e place au Royaume-Uni, 25e en France et 31e aux États-Unis. Par la suite, « It's my life » sera plusieurs fois réédité et atteint la 13e place du classement des charts au Royaume-Uni en 1990.

La même Chanson est reprise pour les besoins du jeu vidéo Rockstar Games et figure également dans la playlist de la radio virtuelle « Flash FM » de Grand Theft Auto: Vice City Stories.

Le deuxième single « Such a shame » extrait de l'album passe inaperçu au Royaume-Uni mais obtient un franc succès dans les autres pays Européens et aux États-Unis.

Deux ans après « It's my life »,Talk Talk sort « The colour of spring » qui reçoit un accueil triomphal. Abandonnant le style new wave de ses débuts, « The colour of spring » aborde des sonorités plus pop.

Cet album est ainsi considéré comme étant le meilleur du groupe avec un classement dans le top 10 des meilleurs albums dans plusieurs pays. Le single « Life's what you make it » est une petite merveille et atteint la 16e place au UK Single Chart et se trouve en bonne position dans 6 autres pays.

Une fois de plus, la Chanson de Talk Talk figure dans un jeu vidéo. Ainsi, on peut également écouter « Life's what you make it » dans la station radio « Flash FM » du Grand Theft Auto: Vice City.

Autrement, le multi-instrumentiste récompensé d'un Grammy Award Steve Winwood a collaboré à la conception de « The colour of spring » notamment à l'orgue et aux claviers.


Nouvelle direction artistique

A la suite de ce succès, Talk Talk reçoit carte blanche de la part de leur label EMI pour la réalisation d'un nouvel album. Ainsi, en 1988 « Spirit of eden » arrive dans les bacs avec seulement 6 titres. « Spirit of eden » marque un nouveau tournant dans la carrière du groupe.

Salué par la critique comme étant un album précurseur de la nouvelle vague post-rock, « Spirit of eden » est pourtant un échec commercial. S'ensuit alors une grande bataille juridique entre Talk Talk et leur maison de disques pour résilier leur contrat.

Talk Talk arrive enfin au bout de ses peines et signe auprès de Verve Records, une filiale de Polydor.

Après cette aventure, Paul Webb décide de quitter Talk Talk. Leur cinquième et dernier album s'intitule « Laughing stock ». Semblable au précédent, cet album reçoit la participation d'un grand ensemble de musiciens.

Après la sortie de « Laughing stock », les membres de Talk Talk décident de se séparer pour de nouveaux horizons.

Ainsi, Tim Friese-Greene est devenu producteur, les deux amis du collège, Paul Webb et Lee Harris ont fondé ensemble le groupe O.rang.

Quant à Mark Hollis, celui-ci a sorti un album solo éponyme en 1998. Concernant les collaborations de Talk Talk , les pochettes de leurs albums ont été réalisés par l'artiste James Marsh.