Biographie The Alan Parsons Project

The Alan Parsons Project Né(e) le 20 décembre 1948 (67 ans)

Sa biographie

Le duo Alan Parsons et Eric Woolfson

Né en 1948, Alan Parsons a appris très jeune plusieurs instruments de musique dont la flûte et le piano. Au début des années 1970, il intègre Abbey Road en tant que ingénieur de son assistant. Jusqu'en 1975, Alan Parsons aura l'occasion de travailler avec de nombreux chanteurs et groupes anglais dont Paul Mac Cartney, George Harrison ou encore The Hollies . Ces derniers collaboreront par ailleurs avec Alan Parsons Project, plus tard.

Excellent dans son métier, Alan Parsons reçoit en 1973, le prix de meilleur ingénieur de son, particulièrement pour son travail sur « Dark side of the moon ». Autrement, c'est au sein des studios d'enregistrement Abbey Road que Alan Parsons fait la connaissance de Eric Woolfson.

Né en 1945, Eric Woolfson est auteur et joue également du piano. Dans l'optique de leur future collaboration, les deux hommes décident de nommer leur formation Alan Parsons Project afin de tirer profit de la popularité d'Alan Parsons.

Avec Alan Parsons comme producteur et Eric Woolfson en tant que parolier, un troisième complice vient rentrer dans les rangs du groupe en la personne de Andrew Powell. Celui-ci tiendra le rôle d'arrangeur.

Déja en cette année 1974, le trio travaille sur un premier album basé sur des oeuvres d'Edgar Allan Poe.


La trilogie gagnante

En 1976 paraît le premier album de Alan Parsons Project, « Tales of mistery and Imagination ». La production de l'album verra la collaboration de nombreux artistes tels le chanteur Arthur Brown qui interprète « The tell-tall heart ». Le morceau « To one in paradise » qui fut interprété au départ par Eric Woolfson et Alan Parsons sera par contre chanté par Terry Sylvester /strong> du groupe The Hollies . La voix de Terry Sylvester est en effet similaire à cel le de Eric Woolfson.

Côté musiciens, l'on retrouve Ian Bairnson, Stuart Tosh et enfin David Paton. Tout au long de leur collaboration au sein de Alan Parsons Project, Eric Woolfson et Alan Parsons feront appel à plusieurs musiciens et chanteurs. Toutefois, Andrew Powell, Stuart Elliot, qui remplacera Stuart Tosh dans le troisième album, et Ian Bairnson resteront aux côtés de Alan Parsons jusqu'au bout de l'aventure Alan Parsons Project.

Rencontrant un véritable succès, « Tales of mistery and Imagination » est sans conteste l'une des oeuvres marquantes du groupe Alan Parsons Project. D'autre part, en 1976 sort également le single « The raven ».

Encouragé par la réussite de leur premier album, le duo Woolfson-Parsons retourne en studio à la fin de l'année 1976 pour s'atteler à un second album. Après le monde fantastique de Edgar Allan Poe, il s'attaque cette fois-ci au monde de la science-fiction pour concevoir leur second chef-d'oeuvre.

Le second album titré « I robot » paru en 1977 chez Arista, s'inspirera alors des oeuvres du romancier Isaac Asimov. Eric Woolfson et Alan Parsons toujours à la composition et à la production, les plus beaux morceaux de l'album dont « The voice » est interprété par Peter Straker. Les chanteurs Lenny Zakatek et Jaki Whitren sont entre autres également présents sur l'album.

Renfermant de très beaux morceaux excellemment interprétés pour ne citer que « The voice » ou encore l'émouvant « Dont let it show », « I robot » confirme le succès du précédent opus de Alan Parsons Project. L'album sera ainsi numéro 9 au Billboard et le titre « Don't let it show » sortira par la suite en single.

Enchaînant les albums, Alan Parsons Project fait paraître en 1978 « Pyramid ». Un peu plus pop que les deux premiers albums et loin d'être mauvais, celui-ci n'atteindra pourtant pas le niveau de qualité du premier album du groupe. « Pyramid » permet toutefois au groupe de laisser progressivement sa trace dans l'industrie du disque et dans le coeur du public.

Le succès commercial avec « Eye in the sky »

Le quatrième album sorti en 1979 de Alan Parsons Project semble annoncer une certaine lassitude. Contenant des titres quelque peu ternes, l'album « Eve » se distinguera pourtant par la participation des chanteuses telles Lesley Duncan qui a également écrit le morceau « Love song ». Malgré encore la présence du chanteur Chris Rainbow, « Eve » figurera parmi les moins réussis du groupe Alan Parsons Project.

Un cinquième opus plutôt réussi sortira en 1980 et deux ans plus tard Alan Parsons Project connaît enfin un succès commercial avec un sixième opus « Eye in the sky ». Ce dernier verra la participation du saxophoniste Mel Collins. Le single « Eye in the sky » se retrouvera alors à la troisième place des charts américains en 1982.

The Alan Parsons Project continuera à sortir des albums presque tous les ans jusqu'au départ de Eric Woolfson au début des années 1990. En 1990 paraît en effet la comédie musicale « Freudiana » dont le thème est inspiré de la vie de Sigmund Freud et voit la dernière collaboration de Eric Woolfson au sein de Alan Parsons Project.

Si au départ « Freudiana » devait être le onzième album du groupe à l'initiati ve de Eric Woolfson, l'intégration de Brian Brolly dans l'équipe modifia la donne. Rencontrant un franc succès lors de la première de « Freudiana » à Vienne, la tournée qui devait suivre fut perturbée par un différend judiciaire opposant Eric Woolfson et Brian Brolly.

A partir de 1993, Alan Parsons et Eric Woolfson décidèrent de poursuivre leur carrière chacun de leur côté. Le premier continua alors dans son concept de groupe pop-rock en son propre nom tandis que le second se consacra davantage dans la comédie musicale. Alan Parsons abandonnant le ter me de Project continua à produire des albums dont le premier fut « Try anything once » en 1993.

Producteur et ingénieur de son de talent, Alan Parsons et son ami Eric Woolfson formèrent un groupe de studio les plus dynamiques de l'industrie du disque durant ces trois dernières décennies. Aujourd'hui Alan Parsons possède son propre studio d'enregistrement Parsonics.