The Allman Brothers

The Allman Brothers Né(e) le 26 mars 1969 (47 ans)

Sa biographie

Au début, The Hour Glass

Gregg Allman et Duane Allman débutent dans le domaine musical avec leur groupe The Escorts. Ils changeront par la suite le nom en Allman Joys avant d'être renommé à nouveau The Hour Glass.

Gregg Allman et Duane Allman signent alors deux albums chez Liberty Records en 1967 et celle qui suit. Ceux-ci ne laisseront pas un souvenir impérissable chez les mélomanes. « Power of Love » ainsi que « Hour glass », les deux opus du groupe, sont des échecs à la fois sur le plan commercial et critique.

En conséquence, Liberty Records annule le contrat passé avec The Hour Glass et maintient toutefois la collaboration avec Gregg Allman. Duane Allman essaie alors de remonter la pente en formant un groupe improvisé avec Butch Trucks, Berry Oakley et Dickey Betts aux alentours de Jacksonville.

L'embryon d'un nouveau groupe commence à se dessiner. Jay Johanson les rejoindra suite à l'invitation de Duane Allman. Parti en Californie à la demande de Liberty Records, Gregg Allman est appelé de Jacksonville par son frère pour former le maillon final du groupe : tenir le rôle de lead vocal.


The Allman Brothers Band

Le nouveau groupe, The Allman Brothers Band se produit beaucoup dans le Sud des Etats-Unis avant de se risquer à lancer leur premier opus éponyme. Bien que recevant un bon accueil de la part de la presse spécialisée, le public n'est pas vraiment au rendez-vous. L'orientation très blues-rock de l'album n'attire pas grand monde.

Il en va autrement pour leur seconde réalisation en 1970. Celle-ci reçoit un accueil dithyrambique de toute part. Non content d'être apprécié par les connaisseurs, le disque arrive à très bien se vendre au niveau du grand public. Chapeauté par Tom Dowd, ce second album titré « Idlewild south »  se rapproche du goût de ce dernier par son style très formaté radio. « Revival » devient l'un des morceaux emblématiques du renouvellement musical du groupe.

Il est également un succès outre-Atlantique. Après l'enregistrement de "Idlewild south", Duane Allman se lance dans un duo avec le groupe d'Eric Clapton . Il en ressortira une chanson mémorable « Layla and other assorted love songs ».

L'année suivante, en 1971, l'enregistrement sur scène que tout le monde espérait, finit par sortir. Le résultat est un triomphe et en étonne plus d'un. Il s'agit de l'album live « Fillmore east » qui donnera son titre à l'opus : At Fillmore east.


Drames

The Allman Brothers se trouve frappé d'un drame terrible quelques mois à l'issu de ce concert légendaire. Le 21 octobre 1971, le lead vocal, Duane Allman, est blessé mortellement lors d'un accident survenu en Géorgie.

Bien que durement touchés par cette épreuve, les autres membres du groupe décideront de ne pas quitter le chemin qu'ils se sont tracés. Ils feront même quelques live pour montrer aux fans que le groupe n'est pas mort. Dickey Betts jouera la partition de Duane Allman dans leur dernier opus commun : « Eat a peach ».

Mais peu après, une catastrophe survient à nouveau. Le 11 novembre 1972, Berry Oakley succombe à son tour d'un accident. Ironie du sort, la moto y est encore présente. Mais une fois encore, le groupe ne se dissout pas. Lamar Williams prend la place de Berry Oakley.


L'ère de la country music

Un nouvel album voit le jour en 1973, « Brothers and sisters ». Le groupe opère un virage à 180 degrés. Oublié le blues, fini le rock, une nouvelle ère débute, celle de la country music.

L'artisan de ce changement radical est Dickey Betts. Son emprise sur le groupe ne cesse de s'étendre. Cet opus est également différent des précédents puisque Tom Dowd, l'allié de toujours, ne participe plus à la réalisation de l'album. Ce virage, qui pouvait être ressenti comme une trahison, ne déplaît pas aux fans.

The Allman Brothers continue d'aller de succès en succès. « Ramblin man », l'une des chansons de l'album, se situe dans un classement plus que favorable dans les charts américaines. « Jessica », un autre titre de l'opus, triomphe partout où on l'écoute.


Rupture et réconciliation

Malheureusement, comme dans beaucoup de groupe, dès que le succès se confirme, la bataille des ego commence à poindre son nez. The Allman Brothers n'a pas réussit à éviter ce piège.

A coup d'éclats, ils finissent par annoncer leur rupture en 1976. La vague « drogue, sex and rock'n roll » ne calme pas les esprits. En 1978, le groupe se met à nouveau ensemble. Le fruit de cette entente retrouvée sera l'album « Unlightened rogues ». Les échecs successifs les conduiront de nouveau à se séparer.

The Allman Brothers réapparaît enfin en 1989 avec quelques modifications parmi ses membres. Les différents albums de ces dernières décennies semblent montrer que The Allman Brothers est sur la bonne voie de la reconquête du succès. Les récompenses obtenues dans les années 2000 confirmeront cette tendance.